Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès de la cryothérapie à Nancy : bien-être ou médecine illégale ?

mercredi 27 juin 2018 à 19:21 Par Laurent Watrin, France Bleu Sud Lorraine

Ce procès est une première en France. Les gérants d'un centre de traitement par le froid extrême sont poursuivis pour "exercice illégal de la médecine" à Nancy. Le parquet a requis un an de prison avec sursis. Le jugement sera rendu le 13 juillet.

Ce procès qui met en cause un centre de "cryothérapie corps entier" est une première pour les magistrats de la cité judiciaire de Nancy. C'est aussi une première en France.
Ce procès qui met en cause un centre de "cryothérapie corps entier" est une première pour les magistrats de la cité judiciaire de Nancy. C'est aussi une première en France. © Radio France - Laurent Watrin

Nancy, France

A Nancy, la société Cryostan revendique une soixantaine de "clients" par semaine, "surtout des sportifs qui ont un certificat médical habituel dans le cadre de leur licence de club", raconte le fondateur de l'entreprise, en réponse aux questions du tribunal. 

Le commerçant s'est converti personnellement à la cryothérapie, technique de traitement de la douleur par froid extrême : entre - 120 et - 150° pendant quelques minutes. Son associée dans l'entreprise, infirmière de profession, explique à la barre qu'elle se "contente d'accueillir les clients et de leur montrer le fonctionnement de la machine." 

Sur une ancienne plaquette publicitaire de la société apparaît le nom de Pierre Vespignani, un kiné bien connu au club de football de Nancy. Mais le professionnel n'a jamais fait partie de la société mise en cause par la justice. Par ailleurs, sur son site internet, Cryostan évoque le traitement de certaines pathologies.

Une "confusion entretenue", selon le président du tribunal

Le centre de cryothérapie nancéien est donc visé par une double plainte. Le conseil de l'Ordre des médecins de Meurthe-et-Moselle et le conseil de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes s'appuient sur le décret de 1962 et les articles du code de la santé concernant les monopoles des professions médicales en France. 

Les prévenus "reconnaissent soulager des douleurs, ce qui est le monopole des médecins ou des kiné', souligne l'avocat de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes, Jérôme Cayol, qui estime le délit clairement constitué.

Embarrassé par les questions des représentants de la justice, le gérant de Cryostan finit par échauffer l'esprit du président du tribunal : "Vous nous dites qu'il vous arrive de prendre la tension de vos clients... C'est un acte médical ! Vous entretenez la confusion", répète le magistrat.

Pour l'avocat de la défense, Alain Behr, Cryostan pratique un "type de cryothérapie ouverte au grand public, qui ne fait pas partie du monopole des médecins". La cryothérapie du corps entier peut en effet être proposée, librement, lorsque la machine est certifiée et proposée au public pour un traitement... de bien-être.

Le procureur de la République requiert un an de prison avec sursis à l'encontre des deux prévenus. Le jugement est mis en délibéré au 13 juillet 2018.