Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès de la "démembreuse du canal du Midi" : un collègue et ami de la victime l'avait mise en garde

-
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Depuis le début de la semaine se tient aux assises de Haute-Garonne, à Toulouse, le procès de Sophie Masala. Elle est accusée d'avoir tué puis démembré sa collègue de travail, Maryline Planche. Ce mercredi, c'est un collègue proche de la victime qui était entendu. Il avait pressenti quelque chose.

Le procès de Sophie Masala se tient toute la semaine aux assises, à Toulouse
Le procès de Sophie Masala se tient toute la semaine aux assises, à Toulouse © Maxppp - NATHALIE SAINT-AFFRE

Toulouse, France

Le procès de Sophie Masala se poursuit aux assises de Haute-Garonne, à Toulouse. Depuis lundi, cette femme de 55 ans est jugée pour le meurtre de Maryline Planche, sa collègue de travail à l'Agefiph (Association de Gestion du Fonds pour l'Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées). Elle est accusé de l'avoir tuée puis découpée en morceaux, d'avoir jeté ses membres dans le canal du Midi, sauf la tête qu'elle a enterrée dans son jardin.

Mardi, c'est la personnalité de la victime qui était examinée et ce mercredi matin, c'est un témoin important qui est venu à la barre.

Un témoin clé à la barre : un collègue des deux femmes

Cet homme, c'est Mathieu Battut, qui s'exprime en visio-conférence depuis la Réunion car il a demandé sa mutation après le drame. Il était proche de la victime, Maryline Planche, qu'il appelle "Mary". La veille du drame, il avait d'ailleurs déjeuné avec elle, la mettant en garde sur les propos tenus par Sophie Masala. Le lendemain, c'est à lui que Maryline envoie un SMS, s'étonnant que la future meurtrière veuille prendre de ses nouvelles "sachant ce qu'elle pense à mon sujet". Le jour où Maryline est démembrée, Mathieu Battut reçoit un nouveau texto de son amie, bourré de fautes inhabituelles. Comme elle ne répond pas, il va devant chez elle avec des collègues et laisse un mot : "Il semblerait qu'il y ait un gros problème avec Sophie, peux-tu me rappeler d'urgence?" 

Mathieu Battut s'est dit "choqué" évidemment après avoir appris ce qui s'était passé et ne prononce jamais le nom de "Sophie Masala" préférant l'appeler "l'autre". L'accusée, elle, est restée impassible ce mercredi matin, y compris quand le médecin légiste raconte les fractures du crâne, les plaies et l'agonie "qui a pu durer jusqu'à six heures" ou encore "le liquide verdâtre qui restait du cerveau".

Ce mercredi après-midi, Sophie Masala doit être entendue ainsi que son mari à qui l'accusée fait de nombreux reproches. Le verdict est attendu vendredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu