Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès de la "démembreuse du canal du Midi" : qui était Maryline Planche, la victime ?

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Hérault, France Bleu Occitanie, France Bleu

Sophie Masala est jugée depuis le début de la semaine aux assises de Haute-Garonne, à Toulouse, pour avoir tué puis démembré sa collègue de travail, Maryline Planche. Cette dernière est décrite comme un employée-modèle par l'enquête de personnalité présentée ce mardi matin.

Sophie Masala et Maryline Planche travaillaient ensemble à l'Agefiph, à Toulouse
Sophie Masala et Maryline Planche travaillaient ensemble à l'Agefiph, à Toulouse © Radio France - Bénédicte Dupont

Toulouse, France

Qui était Maryline Planche, cette femme de 52 ans qui a été tuée en 2016 et dont les membres ont été retrouvés dans le canal du Midi, à Toulouse ? La personnalité de cette victime est examinée ce mardi par la cour d'assises de Haute-Garonne qui juge sa collègue accusée du meurtre, Sophie Masala, toute la semaine.

"Caliméro" et "pas beaucoup de défauts"

Ce qui ressort de l'enquête de personnalité, c'est d'abord que Maryline Planche "n'avait pas beaucoup de défauts". Née à Gourdon, elle a eu une enfance heureuse dans la campagne du Lot avec trois frères et une soeur, une scolarité sans problème, un diplôme d'esthétique, des petits boulots puis elle est entrée à l'Agefiph (Association de Gestion du Fonds pour l'Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées). Elle travaillait dans cette structure depuis 20 ans. Décrite comme méticuleuse, dévouée, elle formait les nouveaux arrivants, dont Sophie Masala sa future meurtrière.

Maryline Planche avait un handicap auditif et visuel, souffrait de surpoids et était suivie pour sevrage alcoolique. Sa solitude chronique lui avait valu le surnom de "Caliméro". Elle avait inventé un compagnon, Stéphane, pour sauver la face devant ses collègues. 

"Toxique comme ma mère"

Après la description de la victime, Me Laurent Boguet, l'avocat des proches de celle-ci, demande à l'accusée : "Mais quel rapport avec votre mère ? " Sophie Masala, visiblement ébranlée répond en pleurant : "Maryline comme ma mère était toxique pour moi, mais je regrette ce que j'ai fait. Comme avec ma mère je faisais tout pour être aimée, elle m'a ouvert ses bras et elle les a refermés". 

L'avocat conclut, d'un ton désabusé : "On est quand même très loin du 'Ne dis rien ou je te tue' qu'assénait votre mère." 

Une enquête express

Ce mardi après midi ce sont les enquêteurs du SRPJ de Toulouse qui sont venus présenter leurs investigations. Un travail rondement mené puisqu'il n'a fallu qu'une semaine entre la découverte de la jambe gauche dans le canal du Midi et l'interpellation de Sophie Masala à sa descente d'avion à Montpellier. Il faut dire que les collègues de travail ont tout de suite évoqué "un conflit" entre les deux femmes. et que leurs deux téléphones bornaient aux mêmes heures et aux mêmes endroits lors d'un aller-retour Toulouse-Montpellier effectué après la disparition de Maryline Planche. Sophie Masala utilisait celui de sa victime pour envoyer des SMS, y compris à son propre portable,  laissant croire que celle-ci était encore en vie, et se taillant un alibi sur-mesure pour un vol de tickets-restaurant à l'Agefiph. 

L'audition de Sophie Masala temps fort de ce mercredi

Sitôt arrêtée Sophie Masala a tout avoué, précisant du même coup le lieu où elle avait enterré la tête de sa victime, mais donnant ensuite des versions changeantes au gré des avancées des enquêteurs. Son audition ce mercredi sera l'un des temps forts du procès. Le verdict est attendu en fin de semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu