Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire des présumés djihadistes strasbourgeois

Procès de la filière djihadiste strasbourgeoise : "En Syrie, on était des traîtres, ici, on est des terroristes"

mardi 31 mai 2016 à 19:10 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Depuis lundi, le tribunal correctionnel de Paris tente de comprendre pourquoi sept jeunes Strasbourgeois sont partis en Syrie fin 2013, avant de revenir en France. Ils affirment qu'ils ne sont pas partis faire le djihad.

C'est derrière ses portes que se tient le procès des sept djihadistes présumés
C'est derrière ses portes que se tient le procès des sept djihadistes présumés © Radio France - Olivier Vogel

Paris, France

Au deuxième jour du procès de sept strasbourgeois devant le tribunal correctionnel de Paris ce mardi, les juges ont continué d'entendre les prévenus. Des jeunes de 24 à 27 ans, partis en Syrie fin 2013.

Ce ne sont pas ses convictions religieuses qui l'ont poussé à partir, raconte Karim Mohamed Aggad, le frère de l'un des terroristes du Bataclan, mais la volonté de combattre Bachar al-Assad. "Un voyage humanitaire à tendance politique", résume la présidente du tribunal. "On ne sait pas où on est notre place. En Syrie, on nous a traité de traîtres et d’apostats. On a risqué notre vie pour rentrer en France. Et ici on est des terroristes".

Qui les a recrutés ?

Les débats ont tourné autour de rôle de Mourad Fares, un recruteur très connu dans les milieux djihadistes français, actuellement détenu. A son sujet les prévenus restent évasifs. Même chose sur la préparation de leur périple. Karim Mohamed Aggad reconnaît l'avoir rencontré à Paris et à Lyon. Il est même venu à Strasbourg lui rendre une "visite de courtoisie, faire du shopping et la tournée des bars".

LIRE AUSSI :