Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Dordogne : 30.000 euros d'amende requis contre la ville de Terrasson après la noyade du petit Salim

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu Limousin

Ce lundi, le tribunal correctionnel de Périgueux examinait la responsabilité de la Ville de Terrasson ainsi que de son directeur des services techniques dans la mort du petit Salim, Ce corrézien était décédé dans la piscine de Terrasson. La procureure a requis 30 000 euros d'amende à la commune.

La procureure de Périgueux a demandé la relaxe pour le directeur des services techniques
La procureure de Périgueux a demandé la relaxe pour le directeur des services techniques © Radio France - Mickaël Chailloux

L'affaire avait sucité indignations et commentaires, afin de comprendre comment la tragédie avait pu se produire. Ce lundi, quelques éléments d'explications ont pu être fourni à l'audience au tribunal correctionnel de Périgueux. La commune et son directeur des services techniques devaient répondre d'homicide involontaire à la suite de la mort de Salim, le 30 juillet 2015. A 11 ans, ce jeune corrézien s'est noyé dans le petit bassin de la piscine municipale, alors que sa jambe gauche s'était retrouvée piégée dans une bonde de fond. 

Un expert bordelais venu présenter la pièce à conviction

Et c'est cette bonde de fond qui a questionné toute la matinée. Les avocats des prévenus et des parties civiles ont écouté le discours de Roland Claverie, expert venu de la banlieue bordelaise pour démontrer que cette bonde était en très mauvais état. Elle n’était plus protégée par la grille de protection : des débris ont été retrouvés dans la canalisation. Pour l'avocat de la partie civile maître Hervé Bénichou, "on s'est rendu compte qu'il y avait un concours de faits qui montraient le non-respect des normes "

"Une simple grille de ventilation et non une grille de bonde de fond permettant de filtrer l'eau, un système de clipsage et non pas de fixation par vis qui a été rajouté, et puis enfin des vis victime de corrosion et entamés à 50%" liste Hervé Bénichou 

Pour lui, la responsabilité pénale de cet accident est donc la Ville de Terrasson. Il va dans le sens de la procureure de la République qui a requis 30 000 euros d'amende ainsi que 1 000 euros au titre d'une contravention. Elle demande aussi que la décision rendue fasse l'objet d'un affichage public. Elle souhaite en revanche proposer la relaxe concernant Bruno Lecoindre, le directeur des services techniques. Très touché à la fin de l'audience, il n'a pas souhaité témoigner. 

"Vous n'êtes pas responsable de la mort de votre fils"

Le moment le plus émouvant du procès fut en fin de matinée, lorsque le président a demandé si les parties civiles souhaitaient prendre la parole. Spontanément, plusieurs doigts se sont levés. La première a s'avancer à la barre fut la mère du petit Salim. Très émue, elle explique avoir du mal à faire le deuil de la mort de son fils. "Je ne veux pas qu'on salisse la mémoire de Salim" répond-t-elle lorsque l'avocat du prévenu laisse sous-entendre que la grille de protection aurait été cassé par le jeune corrézien. Plus tard, la procureure Anne-Claire Galois tentera, lors de son réquisitoire, de rassurer la famille. "Au nom de la société, je veux dire que vous n'êtes pas responsable de la mort de votre fils". 

Le témoignage de Mertaria Zareb, maman du petit Salim après l'audience

Le jugement a été mis en délibéré pour le mercredi 25 septembre. L'objectif du conseil des parents du petit Salim est aussi de faire reconnaître la responsabilité administrative de la Ville. Un jugement aura lieu aussi devant le tribunal administratif de Bordeaux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu