Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Neyret

Procès de Michel Neyret : quatre ans de prison dont 18 mois avec sursis requis contre l'ancien "super flic" lyonnais

mardi 10 avril 2018 à 16:54 Par Xavier Demagny, France Bleu Isère et France Bleu

Une peine de quatre ans de prison dont 18 mois avec sursis a été requise mardi contre l'ancien "super flic", ex-numéro deux de la PJ de Lyon, Michel Neyret. Il est actuellement jugé en appel pour, notamment, corruption et trafic d'influence passif.

L'ancien numéro deux de la PJ de Lyon, Michel Neyret, est jugé en deuxième instance devant la cour d'appel de Paris.
L'ancien numéro deux de la PJ de Lyon, Michel Neyret, est jugé en deuxième instance devant la cour d'appel de Paris. © AFP - Jacques DEMARTHON

Paris, France

Poursuivi pour huit délits dont corruption, trafic d'influence passifs et détournement de scellés de stupéfiant, l'ancien policier, ex-"star" déchue de la Police judiciaire de Lyon, Michel Neyret, risque une peine de quatre ans de prison dont 18 mois avec sursis, selon les réquisitions formulées par l'avocat général, devant la cour d'appel de Paris mardi. 

Pas de retour en prison, mais une peine assortie d'une amende

L'avocat général a réclamé que cette peine, identique a celle requise en première instance, soit assortie d'une amende de 15 000 euros ainsi que de cinq ans d'interdiction des droits civils, civiques et de famille. 

Néanmoins et concernant la peine de prison, l'ancien commissaire ayant effectué huit mois de détention provisoire, il pourra, si la cour suit les réquisitions du ministère public, bénéficier d'un aménagement de peine lui évitant de retourner en prison. En première instance avait été condamné en première instance à deux ans et demi de prison ferme.