Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès des agriculteurs sarladais à Bergerac : "des actes de délinquance mais pas des délinquants" selon la défense

mercredi 22 novembre 2017 à 0:18 Par Leila Mechaouri, France Bleu Périgord

Vingt agriculteurs comparaissaient ce mardi devant le tribunal de grande instance de Bergerac. Le jugement sera rendu le 16 janvier.

Le monde rural est venu soutenir les vingt agriculteurs qui comparaissaient ce mardi devant le tribunal de Bergerac.
Le monde rural est venu soutenir les vingt agriculteurs qui comparaissaient ce mardi devant le tribunal de Bergerac. © Radio France - Leïla Méchaouri

Bergerac, France

Ils font bloc, alignés face au juge, mais parlent peu. S'ils assument leurs actes, à l'audience, les vingt agriculteurs témoignent rarement de leur détresse. Une colère pourtant palpable. "De la grande distribution ou de nous, qui est le voleur?", lance l'un d'entre eux à la barre.

Vingt agriculteurs sarladais comparaissaient devant le tribunal de grande instance de Bergerac mardi 21 novembre. Ils devaient répondre de débordements lors d'une manifestation le 20 août 2015 à Sarlat : du purin déversé devant plusieurs grandes surfaces, ainsi que le vol de lait et de charcuterie distribués aux passants. Les enseignes Lidl, Leader Price, Casino et Leclerc se sont portées parties civiles.

Une provocation" de la part de la grande distribution, selon la défense

A l'époque, la manifestation avait rassemblé près 300 agriculteurs et 70 tracteurs dans un contexte de crise nationale autour des prix du lait. "On n'était certainement pas assez pour encadrer la manifestation", a reconnu Fabien Joffre, appelé en tant que témoin à l'audience. Comme les autres représentants syndicaux, le président de la FNSEA de Dordogne s'est dit solidaire de ces "dérives", "car c'était la ruralité qui était visée".

Les avocats de la défense ont demandé au tribunal de juger "des actes de délinquance mais pas des délinquants". Ils ont dénoncé une situation "infamante", une "provocation" de la part des grandes surfaces qui traînent en justice des producteurs en grande détresse."Faut-il que des agriculteurs se suicident en sortant de cette audience ?", a plaidé maître Benoît Ducos-Ader qui représentait la quasi-totalité des prévenus.

Le préjudice n'est pas symbolique"
Maître Béatrice Dupuy, avocate de Casino

L'enseigne Lidl a demandé le versement d'1 euro symbolique, Leclerc 11 400 euros et le groupe Casino près de 71 000 euros au total. "Pourquoi pas 1 euro symbolique ? Parce que le préjudice n'est pas symbolique", répond maître Béatrice Dupuy, avocate de Casino.

Le ministère public a requis deux mois de prison avec sursis envers les agriculteurs qui ont volé des produits dans les hypermarchés, et 800 euros d'amende avec sursis par déversement de lisier. Le jugement est attendu le 16 janvier.