Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès des attentats de janvier 2015 : le Nord est-il toujours Charlie ?

-
Par , France Bleu Nord

Le procès des attentats de janvier 2015 s'ouvre ce mercredi 2 septembre à Paris. France Bleu donne la parole à des Nordistes, touchés à des degrés divers il y a cinq ans : François Boucq, dessinateur du procès pour Charlie Hebdo, le musicien Franck Vandecasteele, et un psychiatre lillois.

17 personnes sont mortes dans des attentats entre le 7 et le 9 janvier à Paris et Montrouge. Le procès des complices présumés des terroristes s'ouvre ce mercredi.
17 personnes sont mortes dans des attentats entre le 7 et le 9 janvier à Paris et Montrouge. Le procès des complices présumés des terroristes s'ouvre ce mercredi. © Maxppp - Aurelien Morissard / IP3 PRESS

Plus de cinq ans après, le traumatisme est toujours vif. Le procès des attentats de janvier 2015 s'ouvre ce mercredi 2 septembre, à Paris. Quatorze personnes comparaissent pour complicité avec les terroristes qui ont attaqué le journal Charlie Hebdo, le magasin Hyper Cacher, et tué une policière à Montrouge, entre le 7 et le 9 janvier. 

17 personnes ont perdu la vie dans ces attaques. Les auteurs, les frères Kouachi et Amédy Coulibaly, sont décédés lors des assauts des policiers.  La cour d'assises spéciale va siéger pendant plus de deux mois, jusqu'au 10 novembre, et le procès sera filmé.

Défendre l'esprit de démocratie - François Boucq

Le dessinateur François Boucq a été choisi par Charlie Hebdo pour dessiner les moments forts de ce procès. Ami de Cabu, l'une des victimes, il suivra donc les débats pendant ces deux mois. Ses dessins seront publiés sur le site de Charlie et dans le journal toutes les semaines. Malgré l'émotion, François Boucq vise le plus d'objectivité possible : "je vais essayer de faire de mon mieux pour témoigner, pour que mes dessins soient à la hauteur de l'événement", explique-t-il en toute humilité, "je veux regarder ce qu'il se passe, comme si j'étais un laborantin. J'aime bien cette posture. Je n'ai pas d'idée particulière à faire passer. Si on a quelque chose à défendre ici, c'est l'esprit de démocratie qui passe par le dessin".

ECOUTEZ : François Boucq, dessinateur du procès pour Charlie Hebdo

On n'a plus l'esprit Charlie - Franck Vandescasteele

Franck Vandecasteele, chanteur de Marcel et son orchestre, était lui un ami de Charb, l'un des dessinateurs tués à Charlie Hebdo. Il y a cinq ans, il était de toutes les manifestations "je suis Charlie". Il espère un procès politique : "ce qui me rend profondément triste, c'est que l'embellie 'nous sommes tous Charlie' a duré deux semaines. Après, l'incompréhension a perduré. Et l'esprit, on ne l'a plus. Au cours de ce procès, on doit pointer les renoncements de la République, pointer le manque d'éducation à la citoyenneté, à la tolérance. Il y a un travail pédagogique à faire autour de ce procès".

Franck Vandecasteele, chanteur de Marcel et son orchestre

Il faut éliminer le mythe du procès réparateur - François Ducrocq

Les attentats de janvier 2015 ont malheureusement été suivi par d'autres : le Bataclan, Nice... A chaque fois, la Cellule d'urgence médico-psychologique (CUMP), du CHU de Lille intervient pour prendre en charge les victimes dans leur traumatisme. Le psychiatre François Ducrocq, en est le coordinateur. Pour lui il faut "éliminer le mythe du procès réparateur. Il peut aider à une forme de cicatrisation, mais il ne répare pas tout sur le plan psychologique. Ce sont des moments d'une violence inouïe pour les victimes. Pour la société en revanche, la justice passe, et cela permet une forme d'apaisement et de pacification".

ECOUTEZ : le psychiatre lillois François Ducrocq

Choix de la station

À venir dansDanssecondess