Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès des bébés de Galfingue : 20 ans de réclusion criminelle pour la mère

La cour d'assises du Haut-Rhin a condamné Sylvie Horning à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de ses cinq nourrissons entre 1995 et 2003. Le jury a suivi les réquisitions de l'avocat général.

La présidente de la cour d'assise du Haut-Rhin
La présidente de la cour d'assise du Haut-Rhin © Radio France - maxppp

Colmar, France

Sylvie Horning, 55 ans a été condamnée à 20 ans de réclusion criminelle ce jeudi 20 juin 2019 par la cour d'assise du Haut-Rhin à Colmar. Elle a été reconnue coupable du meurtre de cinq de ses bébés , sitôt après leurs naissances. Le verdict de la cour d'assise du Haut-Rhin à Colmar a suivi les réquisitions du ministère public.  Entre 1995 et 2003, elle a fait disparaître ces nourrissons. Personne dans son entourage n'avait rien remarqué.

Une affaire restée longtemps un mystère, l'accusée devrait faire appel 

Les corps de quatre d’entre eux avaient été retrouvés dans des sacs plastiques en 2003 dans la forêt de Galfingue. Celui du cinquième dans la maison familiale, dans une glacière. Cette affaire est longtemps restée un mystère jusqu'à l’interpellation de Sylvie Horning en novembre 2017, après de nouvelles recherches ADN. Elle avait accouché cinq fois dans sa salle de bains et avait durant un long moment caché les corps des bébés dans un cagibi.

Sur les conseils de son avocat maître Rolland Moeglen, l'accusée devrait faire appel de cette décision. 

" Le mot qu'elle a prononcé après le verdict : c'est suicide. Non, je lui ai dit faîtes appel et vous allez vers la cour de Strasbourg où vous n'aurez pas pire," Maître Roland Moeglen, l'avocat de l'accusée 

Maître Rolland Moeglen, l'avocat de l'accusée

Le déni de grossesse en question

Pendant tout ce procès, Sylvie Horning n'a pas expliqué son geste. En sanglots, elle a émis des regrets : _"Pour moi ce n’était pas des bébés qui grandissaient en moi c’était des êtres qui grandissaient en moi que je ne voulais pas"_, a-t-elle répété à plusieurs reprises. 

Lors de ce procès, il a été évoqué le "déni de grossesse". Une position défendue le premier jour par l’expert gynécologue Israël Nisand, mais contredite le lendemain par l’expert psychiatre Henri Brunner, qui a estimé qu'il n'y avait aucun déni de grossesse dans cette affaire, mais un refus d’enfant.