Faits divers – Justice

Procès des militants contre le glyphosate : peine de principe requise à Privas

Par Florence Beaudet et Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 30 septembre 2016 à 16:02

Un rassemblement de soutien était organisé devant le palais de justice de Privas
Un rassemblement de soutien était organisé devant le palais de justice de Privas © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Deux faucheurs volontaires ardéchois étaient jugés ce vendredi matin par le tribunal correctionnel de Privas. Ils étaient poursuivis pour une opération menée en mars à Aubenas contre le glyphosate, la molécule contenue dans certains désherbants.

Les militants contre le glyphosate sont-ils des lanceurs d'alerte ou doivent-ils être condamnés ? La question était au coeur des débats ce vendredi matin au tribunal correctionnel de Privas en Ardèche. Deux faucheurs volontaires étaient jugés pour leur participation à la destruction de bidons de désherbants le 19 mars dernier à Aubenas. C'était une opération nationale menée dans trente-quatre magasins. En Ardèche, les militants avaient visé Gamm Vert, Leclerc et Bricomarché en enlevant des rayons les produits contenant du glyphosate.

Produit cancérogène probable

Une action assumée par les deux prévenus. Selon eux, il s'agissait d'alerter sur le risque sanitaire de ce type de produit classé comme "cancérogène probable" par le CIRC (centre international de recherche contre le cancer). Ils demandent le retrait immédiat à a vente du RoundUp et des autres herbicides contenant du glyphosate. En soutien, 250 personnes se sont rassemblées devant le palais de justice (notre photo ci-dessus).

250 personnes se sont rassemblées devant le palais de justice de Privas en soutien aux prévenus - Radio France
250 personnes se sont rassemblées devant le palais de justice de Privas en soutien aux prévenus © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

200 euros d'amende avec sursis

La procureure de la République a requis pour chacun des prévenus une peine symbolique de 200 euros d'amende avec sursis. "Aussi louable soit le mobile" a expliqué le ministère public "le délit est condamnable". Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 4 novembre.

A la sortie les deux prévenus, (3ème et 4ème en partant de la gauche) font face à leur comité de soutien  - Radio France
A la sortie les deux prévenus, (3ème et 4ème en partant de la gauche) font face à leur comité de soutien © Radio France - Pierre-Jean Pluvy