Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès des parents du petit Smaël à Reims : la mère condamnée à 20 ans de réclusion, le père à 7 ans de prison

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

La cour d’assises de la Marne a condamné ce jeudi à 20 ans de réclusion criminelle la mère de Smaël, ce bébé de 13 mois victime de malnutrition et mort de maltraitances en octobre 2018 à Reims. Le père de l’enfant est lui condamné à 7 ans d'emprisonnement.

La salle de la Cour d'assises au palais de justice de Reims.
La salle de la Cour d'assises au palais de justice de Reims. © Radio France - Sophie Constanzer

Après quatre jours d’audience, la cour d’assises de la Marne a rendu son verdict ce jeudi 10 juin au procès des parents du petit Smaël, cet enfant de 13 mois mort de maltraitances, victime de malnutrition et dont les secours avaient découvert le corps inanimé le 12 octobre 2018 à Reims au domicile familial avenue Charles Arnould.

20 ans de réclusion criminelle à l'encontre de la mère

La mère de l'enfant Arlette N’Guessan a été reconnue coupable des "violences habituelles sur mineur de moins de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner", de "privation de soins au point de compromettre la santé d'un mineur de moins de 15 ans" entre le 1er août et le 12 octobre 2018 et condamnée à 20 ans de réclusion criminelle. 

Le père Oumar Boubou, qui nie avoir porté les coups et dit n’avoir rien vu de l’état de santé de son fils, est acquitté pour les violences habituelles, mais reconnu coupable de privation de soins et non assistance à personne en péril et condamné à 7 ans d'emprisonnement. Les jurés de la Cour d'assises ayant estimé que la privation de soins n'avait pas entraîné la mort, la peine pour ce délit est de 7 ans d'emprisonnement. 

Un peu plus tôt dans la journée, l’avocate générale avait requis 15 ans de réclusion criminelle contre le père et 20 ans de réclusion criminelle contre la mère, seule responsable selon elle des sévices graves infligés à Smaël. 

Tous nos articles sur l'affaire du petit Smaël

.
. © Radio France - Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess