Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Affaire des SDF tués à Niort : un nouvel individu désormais accusé de meurtre

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

On ne sait toujours pas quand aura lieu le procès des meurtres de SDF à Niort, une affaire sordide remontant à 2016. Ce qui vient encore retarder le renvoi aux assises, c'est que l'un des protagonistes du dossier est désormais poursuivi pour meurtre.

C'est dans une résidence (à gauche) de la rue Jean-Migault à Niort que le premier corps a été découvert en mai 2016
C'est dans une résidence (à gauche) de la rue Jean-Migault à Niort que le premier corps a été découvert en mai 2016 © Radio France - Thomas Benech

Niort, France

Nouvel épisode dans l'affaire des meurtres de marginaux à Niort. Un dossier sordide qui remonte à 2016. Entre les mois de mai et juillet, quatre corps d'hommes, SDF, sont découverts quartier de la colline Saint-André. Un nouvel individu est désormais poursuivi pour meurtre, celui qui avait permis de faire éclater l'affaire. 

En mai 2016, il se rend au commissariat de Nantes pour signaler qu'un homme a été tué rue Jean-Migault à Niort. Ce témoignage conduit les enquêteurs à découvrir une première victime, qui est en fait celle morte en dernier dans la chronologie des meurtres. Trois autres corps sont découverts en juin, puis en juillet. Les quatre marginaux ont subi des actes d'une extrême violence.

Des poursuites contestées devant la cour de cassation

Mis en cause dans un premier temps pour violences volontaires, le dénonciateur conteste la qualification de meurtre. Il a décidé de se pourvoir en cassation. Sa demande devrait être examinée "d'ici quelques mois" précise son avocat. 

Dans cette affaire, quatre autres personnes évoluant elles aussi dans le milieu des marginaux sont accusées de meurtre ou encore d'actes de torture et de barbarie. D'autres individus sont également renvoyés devant le tribunal correctionnel. Le procès devant la Cour d'assises des Deux-Sèvres devait au départ se tenir cet automne. Mais avec les différents rebondissements de la procédure, plusieurs avocats tablent plutôt sur la deuxième moitié de l'année 2020, au mieux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu