Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mariage saccagé : deux supporters de Saint-Étienne en détention provisoire, procès le 6 janvier

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le tribunal correctionnel de Villefranche sur Saône jugeait ce vendredi les dix supporters de l'ASSE accusés d'avoir saccagé le mariage de celui qu'il pensait être un supporter lyonnais. Le procès sur le fond a été reporté pour qu'ils puissent préparer leur défense.

Le Palais de justice de Villefranche sur Saône
Le Palais de justice de Villefranche sur Saône © Maxppp

Dix supporters présentés comme des ultras de l'AS Saint-Etienne étaient jugés ce vendredi après-midi à Villefranche-sur-Saone. Le parquet avait demandé contre trois d'entre eux la détention provisoire, un contrôle judiciaire pour sept autres. Finalement ce sont deux supporters qui ont été emmenés en prison, les huit autres étant soumis jusqu'à leur procès à un strict contrôle judiciaire, avec interdiction de fréquenter les stades. L'un des deux supporters incarcérés est originaire de Saint-Etienne, l'autre de Chartres.

Lire aussi → Mariage saccagé dans le Beaujolais : douze personnes présentées comme des ultras de l'ASSE interpellées

Ils sont suspectés d'avoir participé au saccage d'un buffet de mariage en septembre à Denicé dans la Rhône. Le marié avait le même nom qu'un supporter de l'Olympique Lyonnais et ils se seraient trompés de cérémonie. Les dix suspects comparaissaient pour "association de malfaiteurs, dégradations et destructions en réunion avec le visage dissimulé", mais également pour "violences volontaires en réunion avec préméditation et avec arme ayant entraîné une ITT inférieure à 8 jours". Ils avaient saccagé le buffet notamment avec des battes de base-ball.

Des "bons pères de famille capables d'une violence extraordinaire" selon le procureur

Si les dix hommes n'ont pas été jugés sur le fond, l'audience a permis d'en connaître plus sur leur personnalité. Agés de 26 à 48 ans, ils seraient tous issus des rangs des Magics Fans ou au moins très proches du groupe de supporters ultras du Kop Nord. Ce qui a surpris à l'audience, c'est leur parfaite intégration sociale comparée aux faits qui leur sont reprochés. Ils sont commerciaux, agents de maintenance, plombier, conducteur de travaux et ont été présentés comme des employés modèles, et bons pères de famille.

Leur avocat Maitre Fabienne Chanut  se dit effectivement surprise par ces profils 

"Oui çà surprend parce que les prévenus sont des gens insérés, sont des gens qui travaillent, sont des gens qui sont pour certains ouvriers qualifiés, ou pour d’autres donnent tout à fait satisfaction à leur employeurs ou des parents. Ce sont des gens qui sont effectivement totalement insérés et qui ont manifestement cédé à l’effet de groupe dans le cadre duquel les uns entrainent les autres et c’est sans doute l’explication de cette situation un peu incohérente et incompréhensible.C’est un lourd dossier que je n’ai pas encore complètement examiné mais cet effet de groupe sera sans doute un de mes axes de travail. On se posera la question de savoir pourquoi des gens en capacité de raisonner n’ont pas eu cette capacité ce jour là."

L'un de ces supporters avait été arrêté, jugé et condamné à Rome pour détention d'arme après le match contre la Lazio début octobre. Il a aussi été impliqué dans une bagarre entre supporters lors d'un match à Nantes. L'audience de ce vendredi a duré plus de 5 heures, car le tribunal a pris le temps d'examiner chacun de ces cas, de statuer sur la détention, avant de juger les faits dans quelques semaines.

Ils seront jugés sur les faits le 6 janvier prochain à Villefranche sur Saône.

Lire aussi → Neuf supporters de l'ASSE condamnés à de la prison ferme pour avoir saccagé un mariage

Choix de la station

À venir dansDanssecondess