Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès du double meurtre d'Elise et Julien à Rouen : retour sur une nuit d'horreur

Au 2e jour d'audience, la cour d'assises de Seine-Maritime est revenue sur cette nuit du 20 décembre 2015, à Rouen. Élise et Julien sortent d'un bar et sont raccompagnés par un homme rencontré en chemin. Le lendemain, ils sont retrouvés morts étranglés dans l'appartement de la jeune femme.

Plusieurs des parties civiles n'ont pas souhaité assister à ce deuxième jour d'audience consacré à la nuit du drame
Plusieurs des parties civiles n'ont pas souhaité assister à ce deuxième jour d'audience consacré à la nuit du drame © Radio France - Anne Bertrand

Rouen, France

C'est un samedi soir entre amis. Élise, 24 ans, et Julien, 31 ans, terminent la soirée au XXL, un bar du centre-ville de Rouen. A la fermeture, vers 3h30 du matin, Élise décide de ramener Julien chez elle. Le jeune homme a bu et il a du mal à tenir debout. Ce mardi 2 avril 2019, pour le deuxième jour d'audience du procès du double meurtre d'Elise et Julien, la cour d'assises de Seine-Maritime est revenue sur ce qu'il s'est passé cette nuit du 20 décembre 2015.

Ce soir-là, les deux victimes croisent en chemin Jean Claude Nsengumukiza, un Rwandais en situation irrégulière. Condamné pour viol, il est sorti de prison un mois plus tôt et aurait dû être expulsé. Jean Claude Nsengumukiza leur propose certainement son aide puisqu'une caméra de vidéosurveillance à un arrêt de bus le montre portant Julien. Une autre caméra, place de La Pucelle, confirme qu'ils entrent tous les trois dans l'immeuble d’Élise. 

Bon, la situation n'est pas très rassurante - Texto d’Élise à un ami à 4h29

Durant le trajet, la jeune femme est en contact par texto avec un ami de la soirée, à qui elle donne des nouvelles de Julien. A 4h29, une fois dans l'appartement, elle envoie un dernier message disant "Bon, la situation n'est pas très rassurante". L'ami, qui s'est endormi entre temps, ne le verra que le lendemain.

Un autre ami d’Élise, n'ayant toujours pas de nouvelles en fin de journée,  se rend dans l'appartement en passant par une fenêtre ouverte. Il tombe sur une mise en scène macabre. Élise et Julien sont allongés l'un sur l'autre, partiellement enlacés. Une écharpe rose recouvre leurs visages. Et la jeune femme est dénudée sur tout le bas du corps. 

Des photos de la scène du crime ont été montrées à l'audience. Elles sont difficiles à regarder. Les corps sont tuméfiés, les visages ensanglantés et cyanosés. La famille d’Élise et la mère de Julien ont préféré ne pas assister à ce moment. L'accusé, lui, détourne parfois le regard ou baisse la tête. Mais son visage reste impassible.