Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès du double meurtre d’Elise et Julien à Rouen : l’accusé est condamné à la prison à perpétuité

La cour d’assises de Seine-Maritime a rendu son verdict vendredi soir. Le meurtrier d’Elise, 24 ans, et Julien, 31 ans, est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de 22 ans de sûreté. Les deux jeunes gens étaient morts étranglés en décembre 2015 à Rouen.

Après cinq jours d'audience, la cour d'assises de Seine-Maritime a condamné l'accusé à la perpétuité.
Après cinq jours d'audience, la cour d'assises de Seine-Maritime a condamné l'accusé à la perpétuité. © Radio France - Anne Bertrand

Rouen, France

Le verdict est tombé au terme de plus de 4 heures de délibérations. Jean-Claude Nsengumukiza est reconnu coupable du meurtre par strangulation d’Élise et Julien, place de La Pucelle à Rouen dans la nuit du 20 décembre 2015, ainsi que du viol de la jeune femme

Le Rwandais de 38 ans est condamné à la peine maximale : la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté et d'une interdiction définitive de séjour en France. La cour l'oblige également, à sa sortie de prison, à 20 ans de suivi socio-judiciaire. Si il n'observe pas ce suivi, il est condamné à 7 ans d'emprisonnement supplémentaire.

La peine prononcée par les jurés reprend l'ensemble des réquisitions de l’avocat général à une exception près: le Ministère public avait demandé un suivi socio-judiciaire sans aucune limite de temps. Durant son réquisitoire, Patrice Lemonnier s’est arrêté de parler une minute, montre en main. Pour faire comprendre combien il est long de se voir mourir asphyxié, comme ce fut le cas pour Élise et Julien. 

Honte à l'Etat! - Me Lemiegre, avocat des parties civiles qui compte engager des poursuites devant les tribunaux

Dans la journée ont eu lieu aussi les plaidoiries des avocats. Me Lemiegre, défenseur de la famille d’Elise, a qualifié l’accusé de « criminel en série ». L'avocat a annoncé également son intention d’engager des poursuites devant le tribunal de grande instance et le tribunal administratif, suite aux erreurs judiciaires et administratives qui ont conduit, un mois avant le double meurtre, à la libération de Jean-Claude Nsengumukiza, condamné pour viol en 2011. « Honte à l’Etat! », s’est-il exclamé. Son confrère, Me Mahiu, avocat de la famille de Julien, a renchéri derrière: « La République n’a pas su protéger nos enfants. » 

Aux jurés, l'accusé répète une dernière fois qu'il n'est pas un monstre

Les trois avocats des parties civiles ont réclamé la prison à perpétuité: « Vous n’avez plus votre place dans le monde des hommes libres », a asséné Me Absire à l’accusé. C’est justement ce que récuse l’avocate de la défense, Me Massardier. Pour elle, infliger à son client la perpétuité est « une mise à mort sans la mise à mort ». Elle a demandé aux jurés de ne pas opter pour « une peine qui déshonore notre humanité ». A l'issue du verdict, elle se dit donc un peu déçue.

Avant que les jurés ne partent délibérer, l’accusé a pris une dernière fois la parole: « J’ai besoin de m’excuser devant les familles. Je ne suis pas un monstre. Vraiment. » Jean-Claude Nsengumukiza pourrait faire appel, il a dix jours pour prendre sa décision.

La réaction de Me Massardier, l'avocate de la défense, à l'issue du verdict