Faits divers – Justice

Procès du mariage saccagé : deux ans et demi demandés contre l'instigateur présumé du commando

Par Julien Corbière et Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu mercredi 6 janvier 2016 à 15:51

Les avocats avant le début de l'audience
Les avocats avant le début de l'audience © Maxppp - Mathilde Montagnon

Le procès des dix supporters de l'ASSE accusés d'avoir saccagé le mariage d'un supporter qu'ils croyaient lyonnais se déroule depuis ce mercredi matin à Villefranche-sur-Saône. Ils reconnaissent avoir détruit le buffet du mariage et décrivent une opération organisée dans les moindres détails.

Dix supporters ultras de l'ASSE, proches du groupe des Magics Fans, comparaissent depuis ce matin devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône dans l'affaire dite du "mariage saccagé". Le 5 septembre 2015, une dizaine de personnes avait fait irruption dans la salle de restauration, pendant que les convives étaient à la cérémonie,  à Dénicé dans le Rhône. Elles avaient détruit le buffet à coups de battes de baseball et de barres de fer. Une affaire qui jette le discrédit sur le milieu des supporters ultras, d'autant que les prévenus se sont trompés de mariage. Le marié n'était pas le supporter de l'Olympique Lyonais qu'ils pensaient. Ils se sont trompés de site...

Dans ses réquisitions, le procureur de la République a demandé trois années de prison contre l'instigateur présumé de l'opération, dont 6 mois assortis du sursis.

Lire aussi → Neuf supporters de l'ASSE condamnés à de la prison ferme pour avoir saccagé un mariage

Des parties civiles très marquées : "Ils nous ont demandé de nous coucher par terre"

Les réquisitions du parquet sont attendues dans la soirée. L'audience se déroule en présence des dix prévenus évidemment, mais également d'une quinzaine de parties civiles : les mariés, leurs parents, le DJ, le traiteur, des salariés du traiteur et le propriétaire du château.

Même si les prévenus ne sont pas poursuivis pour cela (ndlr : association de malfaiteurs, dégradations et destruction en réunion et violences en réunion avec préméditation), le déroulement des faits fait penser à un braquage. Une des serveuses a accepté de témoigner pour France Bleu Saint-Étienne Loire. Elle n'oubliera jamais ce mariage du 5 septembre 2015.

"On était en train de servir vers 15h30. Plusieurs personnes habillées en peintre, en blanc, ont débarqué avec des masques de chirurgiens, des gants, et des barres de fer. Ils sont venus par l'extérieur pour massacrer le buffet. Ils nous ont hurlé de nous coucher par terre (...) On a eu très peur, ça a été dur et heureusement que notre patronne était là pour nous motiver, pour qu'on assure le service pour les mariés" (une employée du traiteur)

Une opération soigneusement organisée

L'enquête, puis l'audience depuis ce matin, ont permis de démontrer qu'il s'agissait d'une opération soigneusement orchestrée, prévue depuis le début du mois de juillet. Des supporters de l'ASSE, venus de Caen et Chartres, sont venus prêter main-forte à leurs camarades de la Loire. La camionnette qui a servi à l'expédition a d'ailleurs été louée à Chartres. Les individus se sont retrouvés au restaurant McDonald's de Roanne puis à celui de Ternant avant l'expédition. Ils ont débarqué sur place cagoulés et chacun avait apparemment son rôle bien défini : chronométrer, surveiller les accès, détruire le buffet. Il y a même eu débat au moment de la préparation, certains envisageant de commettre les faits en présence des mariés et des invités.

A la barre, l'un des prévenus a difficilement expliqué son geste. Son but était justement de mettre fin à cette spirale de violence qui existe depuis plusieurs années entre supporters stéphanois et lyonnais : "On s'est dit que si on détruisait le plus beau jour de sa vie, sa famille se retournerait contre lui et stopperait la spirale de violence".

Lire aussi → Mariage saccagé dans le Beaujolais, douze personnes présentées comme des ultras de l'ASSE interpellées

Lire aussi → Procès des supporters de l'ASSE suspectés d'avoir saccagé un mariage