Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès du Mediator : les laboratoires Servier reconnus coupables d'homicides et blessures involontaires

-
Par , France Bleu Occitanie

Les laboratoires Servier ont été reconnus coupables ce lundi à Paris par la justice de "tromperie aggravée" et d'"homicides et blessures involontaires" dans le scandale du Mediator, un médicament tenu pour responsable de centaines de décès. 

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Alain Delpey

Les laboratoires Servier ont été reconnus coupables ce lundi à Paris par la justice de "tromperie aggravée" et d' "homicides et blessures involontaires" dans le scandale du Mediator, un médicament tenu pour responsable de centaines de décès.

"_Malgré la connaissance qu'ils avaient des risques encourus depuis de très nombreuses années, (...) ils _n'ont jamais pris les mesures qui s'imposaient_ et ainsi trompé_" les consommateurs du Mediator, a déclaré la présidente du tribunal correctionnel Sylvie Daunis. Le groupe pharmaceutique a toutefois été relaxé du délit d' "escroquerie".

Une amende de 2,7 millions d'euros

Les laboratoires Servier ont également été condamnés à 2,7 millions d'euros d'amende. Les laboratoires ont "fragilisé la confiance dans le système de santé", a affirmé la présidente.

Jean-Philippe Seta, l'ex-numéro 2 du groupe pharmaceutique et ancien bras droit du tout-puissant Jacques Servier, décédé en 2014, a lui été condamné à quatre ans d'emprisonnement avec sursis.

Près de 200 malades concernés en Occitanie

Près de 200 malades d'Occitanie étaient sur les bancs des parties civiles. En 33 ans de commercialisation, le Médiator aurait provoqué la mort de plus de 2.000 personnes, des AVC et des pathologies cardiaques essentiellement.

Le médicament des laboratoires Servier contre le diabète a été pris par cinq millions de personnes, mais prescrit également comme coupe faim.

"Lignes rouges à ne pas franchir en matière de santé publique"

L'avocate toulousaine Stella Bisseuil défend une cinquantaine de victimes de Mediator. Elle assisse depuis ce lundi matin au délibéré qu'elle considère comme " un jugement extrêmement important qui clôture des années et des années d’enquête très précise sur les fautes de ce laboratoire et qui marque la fin d’un scandale sanitaire sans précédent qui permettra de donner des leçons". L'avocate précise que "nous sommes dans une période particulière et (...) que le tribunal a marqué les lignes rouges que personne ne doit franchir en matière de santé publique."

"Le tribunal a prononcé le maximum des sanctions"

Interrogée sur le montant des indemnisations que percevront les victimes, maître Bisseuil a indiqué que "les indemnisations sont prévues dans le jugement mais pour le détail il faut attendre le jugement écrit" avant d'ajouter : "ce sont des sommes très importantes qui devront être payées par ce laboratoire."

Questionnée sur les conflits d'intérêt entre les laboratoires et les experts chargés de surveiller les médicaments, la robe noire retient que "c'est la grande leçon de l’affaire du Médiator, même si les textes depuis ont évolué, il y a un avant et un après Médiator, c’est un scandale d'ampleur inédite qui marquera durablement les esprits. Des leçons sont tirées et aujourd'hui ce sont des sanctions fortes puisque le tribunal a prononcé aujourd'hui le maximum des sanctions contre monsieur Servier et le laboratoire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess