Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès du meurtre de Jérémy Roze à Toulouse : la perpétuité requise

Le parquet général a demandé ce jeudi la peine maximale dans le procès d'Hicham Ouakki, jugé depuis mardi devant les assises de Haute-Garonne pour le meurtre d'un étudiant palois à Toulouse en 2011. C'est la peine à laquelle il a déjà été condamné deux fois.

Hicham Ouakki, lors de son deuxième procès à Montauban en 2017
Hicham Ouakki, lors de son deuxième procès à Montauban en 2017 - Maxppp

Hicham Ouakki, 28 ans, est jugé pour la troisième fois pour le même crime et il pourrait bien écoper de la même peine, la maximale. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 2014 et 2017, à Toulouse puis Montauban, pour le meurtre d'un étudiant en pharmacie, Jérémy Roze, à Toulouse quartier Saint-Michel en 2011. 

Ce jeudi, l'avocat général a réclamé cette peine de perpétuité dans ses réquisitions devant la cour d'assises de Haute-Garonne. Hicham Ouakki avait vu son procès cassé en raison d'un vice de procédure et lui et ses avocats espèrent évidemment une peine moins forte, d'autant qu'il nie les faits. Il conteste avoir porté le coup de couteau mortel. Le co-auteur des faits, Driss Arab, avait été condamné à 20 ans de prison. Il n'est pas rejugé cette semaine.

Une demande conforme aux peines déjà prononcées, mais pas aux réquisitions

Dans ses réquisitions longues de deux heures 30, l'avocat général Pierre Bernard a réclamé la perpétuité alors que lors des deux premiers procès, lui-même (à Toulouse) et son collègue (à Montauban) avaient réclamé 30 ans. À deux reprises, les jurés étaient allés au-delà des réquisitions. Le magistrat a défendu une forme de cohérence avec les deux premiers procès

Une stratégie très contestée par les avocats d'Hicham Ouakki qui vont plaider ce vendredi et qui rappellent que leur client, âgé de 18 ans au moment des faits, est jugé pour des violences ayant entraîné la mort, après une agression qui a a mal tourné. Un crime qui entraîne très rarement une condamnation à perpétuité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess