Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Kévin et Sofiane, tués pour un simple regard

Procès du meurtre de Kévin et Sofiane : audience reportée à cause du blocage de la prison d'Aiton

jeudi 12 novembre 2015 à 10:28 - Mis à jour le jeudi 12 novembre 2015 à 11:49 Par Xavier Demagny et Lionel Cariou, France Bleu Isère et France Bleu

L'audience du procès du meurtre de Kévin et Sofiane de ce jeudi à Grenoble (Isère) est reportée de quelques heures en raison du blocage de la prison d'Aiton (Savoie) où trois accusés sont détenus. Ils n'ont pu être extraits de l'établissement. Elle devrait reprendre à 14h30 cet après-midi.

Le blocage a été installé dès 6h00 jeudi matin
Le blocage a été installé dès 6h00 jeudi matin © Radio France - Mélodie Viallet

Grenoble, France

L'audience du procès d’Échirolles devait commencer à 9 heures, à la cour d'assises de Grenoble, en Isère, ce jeudi matin. Sauf que trois des accusés sont incarcérés à la prison d'Aiton (Savoie) et ces détenus n'ont pas pu être extraits, comme chaque jour, pour être présents au tribunal. Depuis tôt ce matin, les surveillants du centre de détention bloquent les entrées et les sorties. Ils dénoncent "le manque de moyens" dans leurs fonctions.

L'audience devant la cour d'assises est donc reportée à partir de 14h30, ce jeudi après-midi, à condition que la prison d'Aiton ait été débloquée entre temps. Depuis le 2 novembre, la cour d'assises de Grenoble juge l'affaire dite "d’Échirolles", du meurtre de Kévin et Sofiane. Un procès prévu pour durer, au minimum, six semaines.

Un préavis de grève national a été déposé par les trois principaux syndicats de personnel pénitentiaire (UFAP-Unsa, CGT et FO) pour lundi prochain, 16 novembre. Cela risque donc de perturber à nouveau les débats. Ce que regrette Denis Dreyfus, l'avocat de l'un des accusés détenu à Aiton.

"il ne faudrait pas que ça tourne à un engrenage", Maître Dreyfus

"Je veux bien que l'on parle des préoccupations des surveillants, elles existent certainement. (...) Mais il ne faudrait pas que ça tourne à un engrenage et à un blocage de la machine. (...) Un procès doit pouvoir se tenir dans notre République sans frilosité particulière" a ajouté l'avocat.

"Nous n'arrêterons pas notre blocage, quitte à être emmenés au poste"

À Aiton, en Savoie, les surveillants pénitentiaires devraient être délogés vers midi, ce jeudi, par les gendarmes, mais ils annoncent qu'ils "n'arrêterons pas (leur) blocage quitte à être emmenés au poste" a affirmé Pascal Gaudot, de l'Ufap-Unsa.

>>> Notre dossier sur le "Drame d'Échirolles"

Aucun(e)
- IDÉ