Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès du Tanit : trois pirates somaliens devant les assises à Rennes

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Trois jeunes Somaliens comparaissent jusqu'à la fin de la semaine devant la cour d'assises de Rennes. Ils sont accusés d'avoir pris en otage l'équipage d'un voilier breton dans le golfe d’Aden en 2009. Le skipper avait été tué lors de l'assaut des militaires français.

Un pirate à bord du Tanit pendant la prise d'otage
Un pirate à bord du Tanit pendant la prise d'otage

A l'issue d'une longue procédure judiciaire marquée par plusieurs recours, Mahmoud Abdi Mohammed, Mohammed Mahamoud et Abdelkader Osmane Ali, âgés de 23 à 27 ans au moment des faits, devront répondre de "détournement de navire par violence ou menace, arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de plusieurs personnes commis en bande organisée ".

La prise d'otages avait eu lieu en avril 2009. Florent, Chloé et leur fils Colin quittent Vannes fin juillet 2008 à bord de leur voilier de 12,50 m pour rejoindre Zanzibar, dans l'Océan indien. Le 4 avril 2009, alors que le voilier se trouve à 450 nautiques (environ 700 km) des côtes orientales de la Somalie, des pirates montent à bord.

Pendant deux jours "le Tanit" ne répond plus. Une cellule de crise est mise en place. De nombreux bâtiments de la marine arrivent sur zone. La France fait des propositions pour tenter de libérer les otages. Au moment de leur capture par les pirates somaliens, deux autres équipiers se trouvent également à bord. Les négociations ne donnent rien.

Le 10 avril, l'opération de libération des otages est lancée par des tireurs d'élite et un groupe d'assaut. Quatre otages sont libérés. Le skipper du Tanit, Florent Lemaçon est tué par erreur par le commando français venu délivrer les otages. Deux pirates somaliens meurent également lors de l'assaut. Le parquet de Rennes, après expertise balistique, a confirmé en mai 2010 que la balle qui avait causé la mort du skipper était d'origine militaire.

Hervé Morin cité à comparaître  

"J'attends beaucoup de choses du procès ", a prévenu Maître Ronan Appéré, avocat de l'un des pirates, Abdelkader Osmane Ali. "J'ai fait citer à comparaître l'ancien ministre de la Défense Hervé Morin " car selon l'avocat "dès le départ dans cette affaire tout a été fait par la Marine nationale, le ministère de la Défense, pour que l'on ne sache pas la vérité ". Maître Appéré fustige notamment la "disproportion des moyens engagés " pour délivrer les otages du Tanit. Maître Catherine Glon, avocate de Mahmoud Abdi Mohammed, un jeune "analphabète et totalement démuni " issu "d'un milieu d'une très grande pauvreté ", explique que son client "a une très grande peur " de ce procès en raison de son incompréhension du système judiciaire français. Elle regrette notamment que dans cette affaire "ceux qui ont monté l'opération sont identifiés, on sait dans quels villages ils habitent en Somalie, mais ils n'ont jamais été interpellés ".

D'autres pirates jugés en France

Début 2013,  la cour d'assises d'appel de Seine-et-Marne a condamné quatre pirates à des peines de 4 à 8 ans de prison. Ils étaient accusés d'avoir pris en otage un autre voilier français, "Le Carré d'As". 

Dans une autre affaire, celle du voilier "Le Ponant" en juin 2012, la cour d'assises de Paris avait condamné quatre pirates somaliens à des peines de 4 à 10 ans de prison. Piraterie et prises d'otages se sont raréfiées au large de la Somalie depuis 2011 grâce au déploiement d'une force navale internationale. Le nombre d'actes de piraterie maritime a baissé dans le monde sur les six premiers mois de 2013, tandis que le nombre d'enlèvements en mer a bondi dans le golfe de Guinée, selon un rapport du Bureau maritime international. On compte encore dans le monde 90 marins aux mains des pirates.

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess