Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Procès du viol diffusé en direct sur Snapchat à Perpignan : 10 et 11 ans de réclusion criminelle

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Le deux accusés de 21 et 25 ans ont écopé de 10 et 11 ans de réclusion criminelle. Le tribunal de Perpignan a rendu son verdict ce lundi. Ils sont accusés d'avoir violé une femme de 21 ans en 2016, et d'avoir filmé puis diffusé l'agression via l'application Snapchat.

La salle d'audience de la cour d'assises des Pyrénées-Orientales à Perpignan, inaccessible pour cause de huis clos.
La salle d'audience de la cour d'assises des Pyrénées-Orientales à Perpignan, inaccessible pour cause de huis clos. © Radio France - Alexandre Berthaud

Perpignan, France

Ce sont des peines plus lourdes que les réquisitions de l'avocat général. Ce lundi, le tribunal de Perpignan a condamné à 10 et 11 ans de réclusion criminelle les deux accusés de 21 et 25 ans, pour avoir violé une femme puis diffusé la vidéo sur le réseau social Snapchat, en janvier 2016. Vers quatre heures du matin, les policiers de Perpignan sont prévenus par des témoins qu'un viol a lieu en direct, diffusé sur le réseau social Snapchat. Grâce aux vidéos, ils parviennent à repérer le lieu de l'agression et vers six heures du matin ils interviennent, dans le quartier Serrat d'En Vaquer, à Perpignan. Entre temps des milliers d'utilisateurs de l'application ont vu le viol et plusieurs signalements ont été faits, jusqu'en région parisienne (Clichy-sous-bois, Évry).

25 000 euros de préjudice moral

L'une des avocates des accusés, Françoise Nogues, regrette la diffusion en masse de ces images sur les réseaux sociaux : "Au départ, cette vidéo était diffusée sur Snapchat. Puis un ami a partagé sur Facebook, ce n'est pas mes clients. Cette vidéo devait être éphémère, s’effacer, ne durer que 24 heures maximum."

"Elle restera toujours en danger" Ecoutez Philippe Capsié, avocat de la victime.

Le tribunal condamne aussi les deux accusés à 25.000 euros de préjudice moral.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu