Faits divers – Justice

Le procès en appel des supporters corses à Reims est reporté au 16 février 2017

Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu jeudi 15 décembre 2016 à 13:52 Mis à jour le jeudi 15 décembre 2016 à 18:30

Le procès en appel des sept supporters corses rejugés à leur demande après leur condamnation pour des incidents en marge du match Reims Bastia
Le procès en appel des sept supporters corses rejugés à leur demande après leur condamnation pour des incidents en marge du match Reims Bastia © Radio France - Sophie Constanzer

Condamnés à payer jusqu'à 2000 euros d'amende lors de leur premier procès, sept supporters de Bastia, accusés d'outrage et rébellion envers des policiers après un match Reims-Bastia en février dernier, devaient être jugés ce jeudi en appel à Reims. Le procès a été reporté au 16 février prochain.

Le procès en appel des sept supporters du Sporting club de Bastia condamnés pour des incidents survenus le 13 février dernier en marge du match de Ligue 1 Reims- Bastia a été reporté au 16 février prochain. L'audience s'est ouverte comme prévu ce jeudi après-midi devant la Cour d'appel de Reims, mais après plusieurs heures de suspension pour visionner les images de vidéosurveillance, les avocats des supporters ont réclamé un report. Car toutes les images des caméras de vidéo surveillance n'ont pu être regardées, faute de temps mais aussi à cause d'un problème technique. "Une des vidéos était protégée par un mot de passe, c'était impossible", confie Maître Jean-André Albertini, avocat des supporters.

On pourra examiner ces vidéos sereinement - Maitre Jean-André Albertini qui défend les supporters

Ce jeudi 15 décembre, les sept supporters du Sporting Club de Bastia accusés de rébellion et outrage envers les forces de l'ordre de Reims étaient présents à la Cour d'appel, dont un qui comparaissait en tant que détenu -car placé en détention provisoire pour une autre affaire-. Jugés en mars dernier devant le tribunal correctionnel de Reims, les sept jeunes âgés de 20 à 28 ans ont été condamnés en première instance à des amendes de 1.000 à 2.000 euros et à des interdictions de stade pendant deux ans (pour six d'entre eux). Alors que le procureur de la république de Reims avait réclamé des peines de prison avec sursis.

Le report du procès en appel, c'est une satisfaction pour les avocats des supporters qui réclament depuis le début de voir TOUTES les images des caméras de vidéosurveillance prises dans la soirée du 13 février dernier aux abords du stade et au centre-ville de Reims. "On pourra examiner ces vidéos sereinement", s'est réjouit Maître Jean-André Albertini, l'un des avocats des supporters. Maître Jean-André Albertini qui rappelle : "en première instance, on a pas eu accès aux vidéos du tramway mais également celles du stade...".