Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès en appel du meurtre d'Avanton : "Mon premier procès n'a pas été équitable", selon l'accusé

-
Par , , France Bleu Poitou, France Bleu

Le procès en appel du meurtre d'Avanton, dans la Vienne, a débuté ce matin devant la Cour d'asssise de Vendée. Condamné à 25 ans de réclusion en première instance pour avoir tué son épouse de multiples coups de couteau en juin 2014, l'accusé dénonce un procès non équitable et nie toute préméditation

Procès du meurtre d'Avanton : Maître Sillard, avocat de la défense
Procès du meurtre d'Avanton : Maître Sillard, avocat de la défense © Radio France - Baudouin Calenge

"Je n'ai pas eu l'intention de la tuer"... Au premier jour du procès en appel devant la cour d'assises de Vendée, Raphaël Dogimi, jugé pour le meurtre de sa compagne le 9 juin 2014 à Avanton rejette une nouvelle fois toute volonté de tuer 

Dans ce procès prévu pour durer trois jours, l'accusé a été incapable de dire que ce soir là il avait eu l'intention de tuer sa compagne. Les faits rappelés par la présidente soulignent pourtant l'acharnement avec lequel Raphaël Dogimi a frappé sa compagne.

Une trentaine de coups de couteau

Après l'avoir frappé d'un coup de poing au visage, puis d'un coup sur la tête avec une rambarde en bois, il projette sa compagne au sol et la frappe une trentaine de fois à l'aide de deux couteaux. A la question posée ensuite par la présidente sur les raisons qui l'ont poussé à faire appel de sa condamnation à 25 ans de réclusion en janvier 2017 par les assises de la Vienne, il évoque des discussions avec d'autres détenus. 

Un premier procès pas équitable, selon lui

Des détenus croisés à Vivonne et "condamnés, selon lui, à des peines moindres pour des faits pourtant semblables", dit-il. Avant d'ajouter "je n'ai pas eu un procès équitable à Poitiers. Que des témoins à charge !", selon lui. Aucun en sa faveur. Et pourtant il aurait pu les citer, ce qu'il n'avait pas fait à l'époque. Du coup, cette fois trois nouveaux témoins vont défiler à la barre d'ici jeudi. La maman, la première maîtresse de l'accusé et son meilleur ami.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu