Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès Ferracci : "Selon que vous serez puissant ou misérable..."

-
Par , France Bleu RCFM

Les deux villas construites illégalement dans la baie de Rondinara (Bonifacio) par Pierre Ferracci ne seront pas détruites. La cour d'appel de Bastia inflige malgré tout une amende d'un million d'euros à la SCI Tour de Sponsaglia de l'homme d'affaires. Une décision insuffisante, estime U Levante.

Entre Porto Vecchio et Bonifacio, la magnifique baie de Rondinara
Entre Porto Vecchio et Bonifacio, la magnifique baie de Rondinara

Bonifacio, Corse, France

Un million d'euros, la somme peut paraître énorme, mais Pierre Ferracci peut s'estimer heureux, la cour d'appel de Bastia n' a pas ordonné la remise en état des lieux, la démolition de ses deux villas construites entre 2010 et 2013. Deux immenses bâtisses de 670 m2 chacune en plein cœur de la baie de Rondinara, entre Porto Vecchio et Bonifacio. Les juges ont en fait confirmé la décision rendue en première instance par le tribunal correctionnel d'Ajaccio (le 8 février 2016). "Ce n'est pas suffisant", estiment les associations à l'origine du recours, les associations ABCDE et U Levante. Les deux villas ont été édifiées sur un site remarquable, sans respecter l'arrêt interruptif des travaux.

"Une famille puissante peut donc construire dans un lieu privilégié, sans permis"

Pierre-Laurent Santelli, membre du Levante, ne décolère pas : "On se rend compte qu'une famille puissante peut se permettre de construire dans un lieu privilégié, vierge, sans permis. Ce jugement ouvre la porte à une "bétonnisation" illimitée. Ce n'est pas une amende qui pourra compenser cette profanation d'un lieu commun inaliénable."

"Une amende ne peut compenser cette profanation d'un lieu commun inaliénable

"A chi ha appoghji è dinnari torce u nasu à a ghjustizia (qui a des appuis et de l'argent tord le nez à la justice)", rajoute en langue corse Pierre-Laurent Santelli.

La démolition, c'est ce qu'avait également réclamée le procureur de la République d'Ajaccio en première instance : "Pierre Ferracci est tout le contraire d'un homme non avisé. Il a pris un risque calculé pensant que la politique du fait accompli allait lui bénéficier. Mais quand on prend un risque, on l'assume. Il faut aujourd'hui que la loi Littoral soit respectée, il ne faut pas avoir honte de demander la remise en état des lieux, c'est l'intérêt général." Il ne sera donc pas suivi par le tribunal.

"Pierre Ferracci est tout le contraire d'un homme non avisé"

Pierre Ferracci n'est pas en effet n'importe qui. Fils d'Albert Ferracci, figure de la Résistance et responsable du parti communiste, il préside la société de conseils Alfa et le Paris Football Club. Il est dépeint comme un homme influent, proche d'Emmanuel Macron, tout comme son fils Marc Ferracci, qui, durant la campagne électorale, a conseillé sur le plan économique le nouveau président de la République.

Pierre Ferracci n'exclut pas d'attaquer l'Etat en justice

Pierre Ferracci, lui, se dit soulagé de l'arrêt de la Cour d'Appel car, selon lui, elle admet que le permis de construire existait bien et elle ne s'est prononcée que sur la démolition qu'elle n'a pas ordonné, comme l'avait fait, en première instance, le tribunal correctionnel. Il n'exclut pas d'attaquer l'Etat en justice, car il estime que le dysfonctionnement des services de l'Etat lui a porté préjudice. Un préjudice qui s'est soldé, selon lui, par le million d'amende dont il écope.

Pierre Ferracci soulagé par l'arrêt de la Cour d'Appel

L'association U Levante annonce qu'elle pourrait se pourvoir en cassation.