Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Fiona

Procès Fiona - 20 ans de réclusion pour Berkane Makhlouf, cinq pour Cécile Bourgeon

vendredi 25 novembre 2016 à 21:24 - Mis à jour le samedi 26 novembre 2016 à 16:30 Par Géraldine Marcon et Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

La cour d'assises du Puy-de-Dôme a condamné ce vendredi soir Berkane Makhlouf à 20 ans de réclusion pour les violences commises sur la petite Fiona en mai 2013. La mère de la petite fille a elle été acquittée des violences mais elle est tout de même condamnée à cinq ans d'emprisonnement.

La cour a rendu son verdict devant un public très nombreux encore ce vendredi soir.
La cour a rendu son verdict devant un public très nombreux encore ce vendredi soir. © AFP - Philippe Desmazes

Puy-de-Dôme, France

Le verdict des Assises du Puy-de-Dôme a surpris tout le monde ce vendredi soir. Après cinq heures de délibérations, la cour a condamné Berkane Makhlouf à 20 ans de réclusion criminelle assortis d'une peine de sûreté de 14 ans pour violences aggravées ayant entraîné la mort de la petite Fiona. Mais la mère de la petite fille a été acquittée pour ces violences, elle est tout de même condamnée à cinq ans d'emprisonnement pour plusieurs délits. Le parquet a dix jours pour faire appel de ce verdict.

Les jurés n'ont donc pas suivi les réquisitions de l’avocat général, il avait réclamé ce vendredi la peine maximale, 30 ans de réclusion, pour les deux accusés. Il considérait que les deux protagonistes avaient agit ensemble dans cette affaire et qu'ils devaient donc être condamnés à la même peine.

Pour la cour, seul Berkane Makhlouf a porté les coups

Berkane Makhlouf a été reconnu coupable de violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur une mineure par personne ayant autorité, le qualificatif des violences en réunion n'a pas été retenu. Il est également reconnu coupable de deux délits, la non assistance à personne en danger et le recel ou dissimulation de cadavre.

La cour d'assises a en revanche considéré que Cécile Bourgeon n’avait pas frappé Fiona, elle est donc acquittée des coups mortels. Mais elle est tout de même condamnée à cinq ans d'emprisonnement pour plusieurs délits, non assistance à personne en danger, recel ou dissimulation de cadavre, modification de l'état des lieux d'un crime et dénonciation mensongère d'un crime. Face aux protestations qui s'élevaient dans la salle, le président de la cour d'assises a tenu à apporter des précisions, il a expliqué "qu'il n'existait qu'un seul élément à charge à l'encontre de Cécile Bourgeon, à savoir, l'accusation tardive de Berkane Makhlouf." Les jurés n'ont donc pas retenu cet élément au moment de leur verdict. La cour a également prononcé le retrait de l'autorité parentale de Cécile Bourgeon sur ses deux enfants.

La déception des parties civiles

Pour les avocats des parties civiles, ce verdict est une déception, particulièrement pour le père de Fiona, Nicolas Chafoulais. Son avocat maître Fribourg regrette que la mère de la petite fille n'ait pas été reconnue coupables des coups ; "Cécile Bourgeon est déchue de l'autorité parentale, on a sanctionné une mauvaise mère, une mère maltraitante. Son acquittement partiel est fondé sur un mensonge et une manipulation." Même sentiment pour maître Costantino, avocat de l’association Enfance et partage, "c'est une grande tristesse, c'est la vérité qui perd avant tout." L'avocat qui note également que "*_les préjugés ont la vie dure. Il est encore difficile d'accepter que la mère ne soit pas suffisamment bonne* et on fait d'elle une victime."_

"Je ne suis pas un criminel" - Berkane Makhlouf

Ce verdict est très décevant pour le défenseur de Berkane Makhlouf, maître Khanifar, qui ne cachait pas sa surprise à la sortie de la salle d'audience ; "La parole de Cécile Bourgeon a paru crédible à la cour, qui s'est appuyée sur l'antériorité de ses déclarations. Une mère est difficile à condamner." Son client s'est dit prêt à assumer ses actes et à effectuer sa peine mais il refuse d'être condamné pour un crime qu'il n'a pas commis ; "'on lui attribue la qualité de criminel. Ça, il ne le supporte pas. 'je ne suis pas un criminel' m'a-t-il dit." Maître Khanifar a annoncé ce vendredi soir qu'il comptait faire appel de ce verdict.

Satisfaction pour la défense de Cécile Bourgeon

Pour les conseils de Cécile Bourgeon, ce verdict est en revanche une bonne surprise, maître Gilles-Jean Portejoie savourait ce vendredi cette décision dans une affaire difficile ; "c'est une énorme satisfaction, l'une des plus belles de ma carrière. C'était sur les coups mortels qu"il fallait se battre" a-t-il déclaré à la sortie de la salle d'audience. Condamnée à cinq ans d'emprisonnement, Cécile Bourgeon en a déjà effectué trois, elle pourrait être libre dans moins d'un an, et cela n'est pas de nature à apaiser les tensions à Clermont-Ferrand où ce dramatique fait-divers continue d'agiter. Chaque jour de ce procès a été suivi par un public très nombreux qui a montré sa désapprobation à l'énoncé du verdict avant de se rassembler devant la salle d'audience pour crier sa colère aux deux accusés.

Berkane Makhlouf va faire appel

Selon La Montagne samedi, Berkane Makhlouf va faire appel. Son avocat, Me Khanifar, "va concrétiser ce souhait en début de semaine prochaine, vraisemblablement lundi après-midi."

A LIRE AUSSI ►► L'affaire Fiona sur France Bleu