Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès France Éoliennes à Orléans : 600 victimes originaires de toute la France demandent réparation

Orléans, France

Le procès de France Éoliennes, une vaste escroquerie, s'ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel d'Orléans. 600 victimes originaires de 40 départements ont été abusées par cette société qui vendait des éoliennes domestiques défectueuses. Trois ex-dirigeants comparaissent pendant trois jours.

Le procès de France Éoliennes s'ouvre ce lundi à Orléans, avec 600 parties civiles à qui on a vendu du matériel défectueux
Le procès de France Éoliennes s'ouvre ce lundi à Orléans, avec 600 parties civiles à qui on a vendu du matériel défectueux © AFP - Philippe Huguen

C'est un procès exceptionnel, celui de France Éoliennes, qui s'ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel d'Orléans. Cette société vendait des micro-éoliennes à des particuliers, des agriculteurs, des entreprises, dans toute la France. Les victimes sont originaires de 40 départements, principalement en Bretagne, Nouvelle Aquitaine, Alsace, région parisienne et en région Centre. On compte près de 600 parties civiles dans ce dossier et un préjudice estimé à 9 millions d'euros. Compte tenu du nombre de parties civiles, le procès se déroulera dans la grande salle du palais de justice d'Orléans dévolue habituellement aux Assises. 

Des éoliennes défectueuses 

Certaines victimes attendent ce moment depuis près de dix ans. Il aura fallu sept ans d'enquête et quatre juges d'instruction pour que cette affaire arrive devant la justice. Tout commence en 2006 avec la création de France Éoliennes à Fay-aux-Loges dans le Loiret. A la tête de l'entreprise, un homme d'affaires orléanais, Frédéric Benedite. Très rapidement, cette société devient le numéro 1 de l'éolien domestique. Elle surfe sur la vague écologique et enregistre de nombreuses commandes.  La société vend des micro-éoliennes qui produisent de l'électricité à consommer tout de suite ou que l'on peut revendre à EDF. Seulement, le rêve d'économie tourne vite au cauchemar. Les éoliennes sont défectueuses, la puissance est non-conforme, certaines n'ont même jamais été livrées à leurs destinataires

Du matériel importé de Chine

Au plus fort de son activité, 50 commerciaux travaillent pour France Éoliennes. Les acomptes versés par les clients sont vite encaissés. Il faut compter entre 20 et 30.000 euros, certains exploitants agricoles ont parfois déboursé jusqu'à 70.000 euros. La société est placée en liquidation judiciaire en 2009, mais ça ne s'arrête pas là. Le nom de Frédéric Benedite réapparait à Brest derrière l'entreprise Wind Elec qui a les mêmes pratiques. Le matériel était importé de Chine par une société installée en Dordogne. Shops Discount France est liquidée à son tour en 2010.

Ce lundi, trois ex-dirigeants comparaissent devant le tribunal correctionnel d'Orléans. L'ex-patron de France Éoliennes, Frédéric Benedite, est poursuivi notamment pour escroquerie, tromperie commerciale et abus de biens sociaux. L'ex-gérant de Wind Electric à Brest, Jean-Marie Ollivier, devra répondre de complicité d'escroquerie. De son côté, l'ex-dirigeant de Shops Discount France, qui importait les éoliennes de Chine, comparait pour tromperie. Parmi les parties civiles, 80 victimes sont représentées par les avocats du cabinet Polythetis à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique. De nombreux clients floués sont originaires de l'Ouest. L’avocat orléanais, Maitre Christophe Rouichi, représente aussi des victimes, notamment des agriculteurs, une cible privilégiée selon lui.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu