Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès Guittard au Mans : les deux accusés contestent les faits

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Maine

Touria Rafjaoui et Jean-François Ornano sont jugés à partir de ce lundi par la cour d'assises de la Sarthe pour la mort de Frédéric Guittard, rue Albert Maignan au Mans, le 29 juin 2015. Les deux accusés contestent les faits.

Le procès de l'affaire Guittard doit durer 15 jours devant la Cour d'assises de la Sarthe.
Le procès de l'affaire Guittard doit durer 15 jours devant la Cour d'assises de la Sarthe. © Radio France - Boris Hallier

Le Mans, France

"Je conteste complètement les faits". Voilà comment Touria Rafjaoui a réagit après  la lecture des conclusions de l'enquête par le président de la cour d'assises de la Sarthe. 

Cette femme de 53 ans est accusée d'avoir commandité le meurtre de son mari avec qui elle était en instance de divorce. Son mobile selon les enquêteurs : un divorce qui se passe mal, sur fond de contentieux financiers et de ressentiments amoureux. 

Soupçonné d'avoir été son homme de main, Jean-François Ornano est accusé d'avoir tué Frédéric Guittard à l'aide d'un revolver à son domicile de la rue Albert Maignan au Mans. Ce lundi matin, ce Corse de 44 ans a nié avoir tiré et tué l'ancien directeur commercial de la Maison Prunier. Il reconnaît seulement s'être rendu dans son appartement.

Une demande de constitution de partie civile

A l'ouverture du procès, les avocats de Touria Rafjaoui ont fait une demande de constitution de partie civile. Une demande jugée "odieuse et choquante" par les avocats des proches de Frédéric Guittard, dont ses deux filles, présentes dans la salle. 

"Cette demande n'a rien d'étonnant, rétorque l'avocat de Touria Rafjaoui, Alain Ifrah. Elle est présumée innocente, elle a vécu pendant 26 ans avec cet homme et on a tiré un rideau sur sa vie, un rideau très accusatoire"

Les conditions du divorce au cœur des interrogatoires 

La première journée a été consacrée à l'audition de témoins, sur les relations qu'entretenaient Frédéric Guittard et Touria Rafjaoui. Leurs proches ont évoqué un divorce conflictuel, des échanges de coups bas et les contentieux financiers du couple. 

Dans le box des accusés, Touria Rafjaoui acquiesce : "L'argent était une préoccupation. Je craignais pour l'avenir et notamment celui de mes filles dont je me suis occupée après avoir quitté mon emploi". 

Elle évoque également les infidélités de Frédéric Guittard, son goût pour le libertinage et l'échangisme, auquel elle s'est prêtée pour "lui faire plaisir". 

Pour l'un des avocats de la partie civile, Touria Rafjaoui n'aurait "rien gagné du divorce avec son mari, mais de sa mort, oui". 

Le procès doit durer jusqu'au 8 février. 

À lire : - Ouverture du procès de l'assassinat de Frédéric Guittard

- Meurtre de Frédéric Guittard au Mans : une des trois accusés est morte