Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès Guittard : souffrante, l'accusée examinée par un médecin en fin de journée

-
Par , France Bleu Maine

Incarcérée à Nantes, Touria Rafjaoui se plaint de douleurs au dos liées aux trajets entre la maison d'arrêt et le palais de justice du Mans. Au deuxième jour des audiences, son avocat a demandé à ce qu'elle soit hospitalisée au Mans le temps du procès.

Touria Rafjaoui pourrait être hospitalisée au Mans le temps du procès.
Touria Rafjaoui pourrait être hospitalisée au Mans le temps du procès. © Radio France - Boris Hallier

Le Mans, France

L'ex-femme de Frédéric Guittard, soupçonnée d'avoir commandité son assassinat, sera examinée par un médecin à l'issue de la deuxième journée du procès. Ce mardi matin, son avocat Alain Ifrah a demandé à ce qu'elle soit hospitalisée au Mans, les trajets entre Nantes et la cour d'assises de la Sarthe étant trop éprouvants pour sa, cliente selon-lui. 

"Elle est déjà en miette", assure-t-il. 

Passe d'armes entre avocats

Pour appuyer son propos, l'avocat de Touriah Rafjaoui évoque un risque pour la tenue du procès. De quoi indigner la partie adverse : "Je ne veux pas que l'on prépare un report du procès", rétorque Maître Peltier. 

Le Président de la cour d'assises a finalement acceptée à ce que Touria Rafjaoui soit examinée par un médecin en fin de journée avant une possible hospitalisation au Mans. De quoi lui permettre d'assister au procès en journée. 

La personnalité du tueur présumé passée au crible

Le reste de la matinée a été consacrée à l'étude de personnalité de Jean-François Ornano, soupçonné d'avoir tué par balles Frédéric Guittard. 

Cet homme de 44 ans qui vivait en Corse avant les faits a été présenté comme "doux, attentionné et dévoué" par ses proches pendant l'enquête. A la barre, sa sœur confirme : "il était même un peu trop naïf", raconte cette fonctionnaire de police. 

Jean-François Ornano répond aux questions d'une voix assurée, se présente comme un homme attaché aux valeurs, travailleur et proche de sa fille.

Quand le président de la cour d'assises lui présente les nombreuses photos d'armes retrouvées sur l'ordinateur de ce passionné de tir de précision, Jean-François Ornano réplique : "Ne faites pas de raccourci".