Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Élodie Kulik

Procès Élodie Kulik : "Aujourd'hui on m'écrase" affirme l'accusé, Willy Bardon

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Ce mercredi 4 décembre 2019, Willy Bardon était interrogé par les assises de la Somme dans son procès pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'Elodie Kulik en janvier 2002 à Tertry. L'accusé n'a pas cessé de clamer son innocence.

Mes Daquo et Bailly, défense de Willy Bardon à l'ouverture du procès.
Mes Daquo et Bailly, défense de Willy Bardon à l'ouverture du procès. © Radio France - Elodie Touchais

Amiens, France

C'est le 11e jour du procès Kulik devant les assises de la Somme à Amiens. Après les témoignages poignants du père et du frère d'Élodie Kulik, la parole était au meurtrier présumé de la jeune femme. Willy Bardon est accusé de l'enlèvement, du meurtre et du viol de la jeune femme en janvier 2002. Sa voix a été reconnue sur l'enregistrement d'un appel aux secours passé par Élodie cette nuit-là. Ce mercredi devant les jurés, Willy Bardon - qui comparaît libre - a maintenu qu'il était innocent

Je ne peux pas expliquer ce qui s'est passé, je n'y étais pas _Willy Bardon

Interrogé par la présidente de la cour d'assises de la Somme, l'Axonais de 45 ans a décrit à la barre la pression qu'il a ressentie en garde à vue : "C'était la première fois de ma vie que je me retrouvais dans une telle situation. Quand vous êtes accusé d'un tel crime, vous n'y croyez pas, vous vous demandez ce que vous avez fait au bon dieu pour vous retrouvez là"."Les gendarmes voulaient votre tête ?" lui a demandé la présidente. "Oui" a répondu Bardon. 

En garde à vue, Willy Bardon reconnait qu'il pourrait s'agir de sa voix

En janvier 2013, Willy Bardon va écouter l'appel au secours d'Elodie Kulik. 26 secondes d'enregistrement au cours duquel l'accusé va admettre qu'il pourrait s'agir de sa voix. "Il y a un timbre" avait alors concédé l'Axonais qui n'a pour autant jamais avoué être impliqué dans la mort d'Elodie Kulik. Il l'a répété devant la cour : "Je ne vais pas avouer quelque chose que je n'ai pas fait". 

Me Seban multiplie les assauts : "Vous le dites cinq, dix fois à la juge d'instruction : cette voix c'est la mienne" alors "est-ce que vous pouvez nous dire ce qu'il s'est passé ce soir-là ?" l'interroge l'avocat de la famille Kulik. Willy Bardon, inébranlable : "Je ne peux pas donner de détails, je n'y étais pas".

Tout le monde est contre moi _Willy Bardon

"Aujourd'hui on m'écrase" a-t-il lancé à l'audience, "la douleur de Jacky Kulik on ne pourra jamais la comprendre. Mais moi aussi j'en ai. Depuis 2013, c'est horrible. Le contexte et la façon dont ça se passe, c'est dur. Depuis le début du procès, j'y arrive pas." 

Willy Bardon a le sentiment de ne pas avoir été entendu tout au long de cette procédure et aujourd'hui "j'ai peur". L'accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Mais si Willy Bardon est acquitté par la cour d'assises de la Somme : "Je vais me mettre avec M.Kulik même s'il ne veut pas de moi pour qu'on trouve la vérité".

La cour d'assises de la Somme rendra son verdict vendredi 6 décembre 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu