Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Élodie Kulik

Procès Kulik : l'audition du présumé "troisième homme" fait pschitt

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

La dernière semaine du procès de Willy Bardon devant les assises de la Somme pour le viol et le meurtre d'Elodie Kulik s'est ouverte ce lundi. Christophe Mollet soupçonné d'être le troisième homme a été auditionné.

Une partie des 11 000 pièces de procédure de l'affaire Elodie Kulik
Une partie des 11 000 pièces de procédure de l'affaire Elodie Kulik © Radio France - Elodie Touchais

Amiens, France

C'est avec le très attendu témoignage de Christophe Mollet, l'ancien apprenti de Grégory Wiart, violeur présumé d'Elodie Kulik que s'est ouverte la troisième et dernière semaine du procès de Willy Bardon devant les assises de la Somme ce lundi 2 décembre 2019. Soupçonné un temps d'être le "troisième homme" dans cette affaire, son audition n'a pas permis de le confirmer.

Pas de révélations de la part de Christophe Mollet

Christophe Mollet est un taiseux. Pendant ses trois heures d'audition ce lundi matin, cet homme de 35 ans va garder la même posture, les bras le long du corps. Ses réponses sont toujours les mêmes : "Bah nan, je ne sais pas" ou "je me souviens pas".  Des réponses dont la compréhension est parfois difficile tant son accent est prononcé et son articulation laborieuse. 

Christophe dit "kiki" rencontre Willy Bardon en 2002 par le biais de Grégory Wiart. Il va rester en contact pendant dix ans avec l'accusé qu'il décrit comme "fêtard" mais "manipulateur". Christophe avoue qu'il ne le laisserait "pas seul avec sa femme".

Le troisième homme dont on parle depuis des jours, c'est vous monsieur Mollet   A-L Sandretto, avocate générale

Malgré ses réponses laconiques, l'avocate générale ne désarme pas. Elle insiste sur ces "689 contacts en six mois qui vont s'arrêter du jour au lendemain" avec Willy Bardon. Anne-Laure Sandretto veut comprendre pourquoi il sera aussi le premier à qui l'accusé va téléphoner 23 minutes quand le nom de Grégory Wiart est médiatisé en 2012. Mais "ce n'est pas moi, je n'aurais jamais réussi à garder ça pour moi tout ce temps" assure Christophe.

Un alibi la semaine du meurtre d'Elodie Kulik

Apprenti et interne au CFA de Laon en 2002, Christophe assure qu'il n'a pas pu faire le mur  : "J'étais au premier étage et on était six dans une chambre, ça se serait vu". Des propos confirmés par l'avocate générale : les surveillants menaient des rondes quotidiennes à 17h, 19h et 22h. Et aucune absence de l'apprenti n'a été signalée la semaine du meurtre d'Elodie Kulik.

Les "révélations" de Myriam dévoilées par la cour 

Myriam, l'ex compagne de Christophe Mollet a témoigné à deux reprises au procès de Willy Bardon. La seconde fois à huis-clos assurant détenir des révélations pouvant être importantes. Elles ont été dévoilées ce lundi par la présidente de la cour d'assises de la Somme : selon Myriam, Christophe avait insisté pour avoir un rapport sexuel avec elle alors qu'elle avait ses règles. Ce qu'a démenti l'homme de 35 ans expliquant ne pas du tout aimer ça.

Une voix reconnue mais pas de nom

Comme tous les témoins entendus ce lundi, Christophe Mollet va réécouter à deux reprises et au casque l'appel au secours d'Elodie Kulik. Il va confirmer les propos tenus lors de son audition. Il reconnait bien une des deux voix, "cette voix je l'ai entendu quelque part mais je ne peux pas donner le nom".

Son audition se termine sans révélations. Jacky Kulik accuse le coup. "Il fait partie du même clan de menteurs. Il sait des choses mais se tait malheureusement".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu