Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Élodie Kulik

Procès Kulik : l'avocate générale réclame 30 ans de réclusion criminelle à l'encontre de Willy Bardon

-
Par , , France Bleu, France Bleu Picardie, France Bleu Nord

L'avocate générale a réclamé ce vendredi 30 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers à l'encontre de Willy Bardon, jugé depuis le 21 novembre devant les assises de la Somme à Amiens pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'Elodie Kulik en 2002.

Les deux avocates générales, Anne Laure Sandretto et Ségolène Attolou lors du procès de Willy Bardon, jugé à Amiens pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'Elodie Kulik en 2002
Les deux avocates générales, Anne Laure Sandretto et Ségolène Attolou lors du procès de Willy Bardon, jugé à Amiens pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'Elodie Kulik en 2002 © Radio France - Elodie Touchais

L'avocate générale, Anne Laure Sandretto, a réclamé ce vendredi 30 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers à l'encontre de Willy Bardon, jugé depuis le 21 novembre devant les assises de la Somme à Amiens pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'Elodie Kulik en 2002. 

Elle a demandé la condamnation pour l'enlèvement et la séquestration, suivis de la mort de la jeune femme, mais l'acquittement au bénéfice du doute pour le viol et le meurtre.  

Lors des réquisitions, c'est d'abord Ségolène Attolou qui a pris la parole. L'avocate générale s'est dite convaincue de la culpabilité de Willy Bardon. Elle a décrit un homme qui peut être violent et qui a une capacité à mentir et à dissimuler.

"Willy Bardon est un homme pour qui les experts psychiatres n'écartent pas la possibilité d'un passage à l'acte sous l'effet de groupe et de la consommation d'alcool", a lancé l'avocate générale.

De son côté, Anne Laure Sandretto a rappelé les faiblesses de l'enquête mais aussi une certitude : l'implication de Grégory Wiart, décédé en 2003. "Son ADN est sur la scène de crime", a précisé l'avocate générale. 

"Le co-auteur de ce crime est forcément dans l'entourage de Grégory Wiart. Il faut une solidarité, une proximité, une confiance mutuelle pour être sûr de ne pas être balancé", a-t-elle insisté avant de souligner l'étrange attitude de Willy Bardon, son "intrusion" dans l'enquête. Le suspect a insisté auprès des gendarmes pour que son ADN soit prélevé alors qu'il savait qu'une seule empreinte génétique avait été retrouvée, celle de Grégory Wiart.  

La voix sur l'enregistrement est-elle celle de Willy Bardon ?

L'enregistre de l'appel au secours d'Elodie Kulik est "médiocre", admet Anne Laure Sandretto. On entend deux voix d'hommes. Pour l'avocate générale, qui dit avoir écouté la bande plus de 200 fois, il n'y a donc pas de troisième homme. Et elle n'a pas de doute : les deux hommes sont les ravisseurs de la victime. 

S'agit-il de la voix de Willy Bardon sur l'enregistrement ? Anne Laure Sandretto martèle que l'expert en reconnaissance vocale Norbert Pheulpin, qui a certifié que la voix entendue était bien celle du suspect, est "un charlatan"

L'avocate générale préfère s'appuyer sur les proches. Il y a d'abord ceux qui ont reconnu la voix de Willy Bardon. Ceux qui ne l'ont pas reconnu. Et puis, Romuald qui reconnait d'abord la voix de son frère avant de se raviser par "peur de perdre une partie de sa famille", estime Anne Laure Sandretto. 

"Je n'ai aucun doute sur la participation de Willy Bardon"

"Vous allez devoir départager 12 témoins, devoir faire le tri entre ceux qui ont été emportés par leurs émotions, ceux qui ont eu les tripes à l'air.  Six témoins sont formels", dit l'avocate générale, rappelant aux jurés qu'il n'est pas rare de condamner sans preuve scientifique. 

"La morale on s'en fout. Vous ne devez pas condamner sur l'émotion des parties civiles, pour leur donner un coupable", poursuit Anne Laure Sandretto, avant d'ajouter qu'elle n'a "aucun doute sur la participation de Willy Bardon"

C'est au tour de la défense de s'exprimer. Willy Bardon clame son innocence depuis son arrestation. Le verdict est attendu en fin de journée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu