Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès : l'agresseur d'une jeune femme trans jugé ce mercredi à Paris

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un jeune homme de 23 ans, comparait, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Paris. Il a reconnu avoir frappé au visage, Julia, une femme transsexuelle, le 31 mars dernier, en marge d'une manifestation contre l'ex-président algérien Bouteflika.

Julia, jeune femme transsexuelle agressée à Paris, le 31 mars
Julia, jeune femme transsexuelle agressée à Paris, le 31 mars © Maxppp - Vincent Isore

Paris, France

Les images de l'agression avaient tourné en boucle, sur les réseaux sociaux. Le 31 mars, une jeune femme transsexuelle était insultée, bousculée, empêchée d'aller prendre son métro et frappée au visage, par un groupe de manifestants contre l'ex-président algérien Bouteflika. Ce sont les agents de la RATP qui avaient dû aider la victime à échapper à ses agresseurs. 

Un jeune homme de 23 ans a reconnu être l'auteur des coups au visage. Il a été placé en détention provisoire. Ce mercredi, il comparait, devant le tribunal correctionnel de Paris, pour "violences commises à raison de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre". Face à lui, côté parties civiles, Julia, la jeune femme agressée, l'association Mousse et Stop Homophobie, qui réclament un procès exemplaire.

Mousse et Stop Homophobie, parties civiles

Sur le banc des parties civiles, aux côtés de Julia, l'association Mousse et Stop Homophobie. Leur avocat, maître Etienne Deshoulières, ne va pas demander de peine de prison, contre le jeune homme mais " un stage dans une association LGBT, afin de le sensibiliser à ce qu'endurent les homosexuels, dans leur quotidien". D'après les associations, les agressions contre des homosexuels ou des trans sont en augmentation. L'an dernier avait été considéré comme une année noire, avec une hausse de 66 % des actes homophobes, en France, soient 231 recensés.