Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chirurgien pédophile : l'affaire Joël Le Scouarnec

Procès Le Scouarnec : 15 ans de réclusion pour l'ex-chirurgien pédophile aux assises de la Charente-Maritime

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu La Rochelle, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu Touraine, France Bleu

Au procès de Joël Le Scouarnec, la cour d'assises de la Charente-Maritime a rendu son verdict ce jeudi soir. L'ex-chirurgien, accusé de viols et agressions sexuelles sur quatre victimes, est condamné à 15 ans de réclusion criminelle.

La présidente de la cour d'assises de Charente-Maritime à l'ouverture du procès qui s'est tenu à huis clos.
La présidente de la cour d'assises de Charente-Maritime à l'ouverture du procès qui s'est tenu à huis clos. © AFP - Philippe Lopez

Joël Le Scouarnec condamné à 15 ans de réclusion criminelle. L'ancien chirurgien était jugé depuis lundi aux assises de Charente-Maritime, à Saintes, pour viols et agressions sexuelles sur quatre mineures. Il est reconnu coupable de tous les faits reprochés. Le verdict a été rendu ce jeudi 3 décembre dans la soirée. En public, après quatre jours d'audience à huis clos.

La peine est assortie d'un suivi socio-judiciaire de trois ans et d'une injonction de soins. Le condamné encourt deux ans de peine supplémentaires s’il ne respecte pas ce suivi à sa sortie de prison. L'avocat général avait requis 15 ans de prison et 10 ans de suivi socio-judiciaire un peu plus tôt dans l'après-midi.

Des victimes qui se serrent dans les bras

Image forte de cette fin de procès saintais : toutes les victimes se sont rassemblées en cercle et se sont étreintes, à l'énoncé du verdict. Après quatre jours à replonger dans l'horreur, les visages semblaient transfigurés par le soulagement.

Une condamnation "juste" selon l'avocate Delphine Driguez, qui défendait deux nièces du chirurgien. Pour la première fois cette semaine, leur oncle a reconnu les viols qu'il leur a fait subir dans leur enfance : "c'est extrêmement important pour elles, témoigne Me Driguez. Là, mes clientes revivent, respirent, même s'il n'y a pas eu de requalification en viol pour la sœur aînée" précise l'avocate qui étudie la possibilité d'une autre action.

Enfin des aveux... mais incomplets

Alors que les avocats se congratulent, Laura, la maman de la petite Jonzacaise qui a fait tomber Le Scouarnec, est restée à l'écart, sur les marches du palais. Très éprouvée, et sans doute amère. Pour sa fille, Le Scouarnec n'est pas passé aux aveux complets, reconnaissant juste une agression sexuelle. Même s'il a été reconnu coupable de viol par la cour d'assises. Et c'est ce que veut retenir l'avocate de la famille, Francesca Satta : "quinze ans c'est une juste peine, à laquelle mes clients s'attendaient. Ils sont très satisfaits !"

Le Scouarnec est resté impassible en écoutant sa condamnation. Mais il avait longuement parlé avec ses victimes durant le procès, rappelle son avocat Thibaut Kurzawa : "il a éprouvé des regrets, des remords, il n'a pas formulé d'excuses car il sait très bien que ses actes sont impardonnables. Il leur a réservé sa parole, c'est ce qu'il voulait faire depuis le départ. C'est aussi le signe de l'avancement de sa reconstruction."

10 jours pour faire appel

Thibaut Kurzawa reste sous le coup de cette condamnation lourde, 15 ans, qui tranche avec les habitudes plutôt clémentes de cette juridiction. Joël Le Scouarnec étudie la possibilité d'un appel, pour le viol reconnu par la justice sur sa victime jonzacaise. La justice lui donne 10 jours pour faire cet appel.

Ce procès constitue le premier volet d'une affaire tentaculaire. Un autre dossier, actuellement instruit à Lorient, attend encore de voir comparaître Joël Le Scouarnec, mis en examen au mois d'octobre. Il concerne plus de 300 victimes du pédophile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess