Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Procès du Mediator : fin des plaidoiries des parties civiles, l'heure du réquisitoire

-
Par , France Bleu

Ce lundi marque la fin des plaidoiries des parties civiles dans le procès autour du scandale du Mediator. Les victimes réclament "un millard" d'euros d'indemnisations aux laboratoires Servier et à l'Agence du médicament. Le parquet rendra ses réquisitions mardi et mercredi.

Ce lundi marque la fin des plaidoiries des parties civiles dans le procès du Mediator.
Ce lundi marque la fin des plaidoiries des parties civiles dans le procès du Mediator. © Maxppp - Luc Nobout

C'est un procès hors norme qui touche à sa fin. Débuté le 23 septembre dernier, interrompu par l'épidémie de coronavirus, le procès du Mediator a repris début juin. Le tribunal correctionnel a entendu ce lundi les dernières plaidoiries pour les milliers de parties civiles, victimes de ce médicament fabriqué par les laboratoires Servier et retiré de la vente en 2009. Il aurait causé des centaines de décès et de graves lésions cardiaques.

"Un milliard d'euros" d'indemnisations réclamé

A la barre ce lundi, maître Jean-Christophe Coubris, avocat de 2.600 parties civiles, a réclamé le versement de "225 millions d'euros" en réparation du préjudice moral et d'angoisse pour les victimes. Selon lui, au total, "c'est pratiquement plus d'un milliard d'euros d'indemnisations demandé". "Finalement, l'histoire du Mediator est tellement simple : c'est un produit, qu'on va à tort appeler un médicament, inutile et qui va très vite s'avérer dangereux, avec des risques mortels et pourtant il n'a pas été retiré du marché", a déclaré l'avocat.

Quand on joue avec la santé comme on l'a fait pendant si longtemps, à un moment il faut payer. - Me Coubris, avocat de victimes du Mediator

Une centaine de caisses d'assurance maladie, qui ont pris en charge le remboursement du Mediator, réclament elles plus de 450 millions d'euros de dommages et intérêts pour réparer "l'escroquerie" des laboratoires Servier.

Le groupe est notamment poursuivi pour "tromperie aggravée" et "homicides et blessures involontaires", d'avoir caché la toxicité du Mediator. L'Agence nationale de sécurité du médicament est jugée elle pour avoir tardé à suspendre le médicament en dépit d'alertes dès 1995 sur sa dangerosité. Lors du procès, elle a reconnu une part de responsabilité et a annoncé qu'elle ne demanderait pas la relaxe.

"En finir avec un sentiment d'impunité"

Lors de ce procès, quelques parties civiles se sont présentées à la barre, elles ont raconté leurs "vies brisées". "Elles ont été très dignes. Nous, on a envie de hurler. Quand cesserez-vous de mentir ?", s'est agacée Martine Verdier, avocate de victimes, jeudi dernier. 

L'avocate toulousaine Stella Bisseuil a elle demandé au tribunal de "restaurer la confiance" perdue des consommateurs du Mediator "dans le médicament, les pharmaciens, les soins en général et contre les autorités sanitaires". Maître Charles Joseph-Oudin, qui représente des centaines de victimes, a appelé les juges à rendre une décision "symbolique" et "dissuasive" pour en finir "avec un sentiment d'impunité". 

Réquisitions mardi et mercredi

Le parquet doit rendre ses réquisitions mardi et mercredi. Ensuite, la défense plaidera à partir de lundi prochain, le 29 juin. Le jugement n'est pas attendu avant l'année prochaine.

Plus de 6.500 personnes se sont constituées parties civiles dans cette affaire, dont au moins 4.600 victimes "directes", selon les avocats. Sur le marché pendant 33 ans, le Mediator a été consommé par environ cinq millions de malades.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu