Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire du Docteur Muller

Procès Muller : la victime et ses secrets

-
Par , France Bleu Alsace
Manuel

L'alsacien est jugé pour le meurtre de sa femme Brigitte devant la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle à Nancy. Condamné deux fois à 20 ans de réclusion, il a toujours clamé son innocence. Au 5e jour du procès, ce vendredi, l'"amant" et les plus proches amies de la victime ont été entendus.

La mère de Brigitte Muller et ses fils Franck et Jean-Pierre pendant le troisième procès de Jean-Louis Muller, le 21 oct. 2013.
La mère de Brigitte Muller et ses fils Franck et Jean-Pierre pendant le troisième procès de Jean-Louis Muller, le 21 oct. 2013. © Maxppp

Ils n’auront échangé qu’un seul baiser, trois jours avant le drame.

Cet homme, un physicien de 59 ans, raconte sa rencontre avec Brigitte "un hasard, on a sympathisé dans un restaurant ". En tout, ils se verront quatre fois, "elle me disait qu’elle avait envie de changer quelque chose dans sa vie".

Le jour du drame, l’"amant" aura deux conversations téléphoniques avec Brigitte, des conversations très confuses où la victime saute dit-il du coq à l’âne "elle m’a dit que ça ne l’étonnerait pas que son mari soit au courant , je l’ai senti déprimée, elle disait qu’elle se sentait comme dans une cage dorée" . "Vous l’avez senti déprimée"?" , demande la présidente "oui mais pas au point d’en finir" .

Jeudi, un autre homme avait été interrogé par la cour. Il échangeait des courriels intimes avec la victime. "Elle voulait qu’on s’écrivent comme deux amants" , avait-il déclaré. "Et si le docteur Muller l’avait appris ?" , demande l’avocat général Jacques Santarelli qui avance l’hypothèse du crime passionnel. L'accusation trouve son mobile .

Le poème de Brigitte

Mais au fil de la journée de vendredi, il apparaît que Brigitte souffre d’un certain mal-être. "J’emporte mes secrets, agenouillée sur le sable mouillé" , cette phrase est tirée d’un poème que la victime a écrit à l’une de ses amies trois jours avant sa mort.

Véronique le reconnaît, "j’ai senti qu’elle n’allait pas bien, qu’elle était désespérée, mais pour moi elle était en train de renaître" . Son amie depuis près de 20 ans en est sûre : Brigitte si coquette, si souriante, si férue de littérature, n’a pas pu se suicider, surtout pas avec une arme à feu.

Amie de Brigitte : "Elle n'était plus comme avant"

Une autre amie n’est pas aussi catégorique.

Elizabeth, la copine du club vosgien, décrit une Brigitte très épanouie, qui aimait les promenades. Mais peu de temps avant sa mort, la femme du docteur Muller lui aurait fait part de problèmes, au travail notamment, "deux jours avant son décès, je suis allée la voir à sa demande, mais Brigitte n’a pas ouvert la porte, j’ai insisté et **j’ai trouvé mon amie vraiment sombre, les yeux noirs *****"* , se souvient-elle, *" elle n’était plus comme avant, elle ne parlait plus*"_ ._

Dans ses premières déclarations, Elizabeth se dit convaincue du suicide de son amie. D’autres proches réfutent cette hypothèse. En revanche, tous s'accordent à dire que Brigitte était à un tournant de sa vie, et se posait beaucoup de questions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess