Faits divers – Justice

Procès Mylène aux assises de la Haute-Vienne : les différents visages de l'accusé

Par Henrique Vieira Campos et Nathalie Col, France Bleu Limousin mardi 15 septembre 2015 à 21:11

© Max PPP

Mardi, devant les Assises de Haute-Vienne, l'accusé a reconnu avoir frappé Mylène à trois reprises avec un marteau, mais sans intention de la tuer ni de la voler. Il a présenté ses regrets, mais aussi plusieurs visages. Il comparait pour le meurtre de ce transsexuel tué près de Limoges en 2013.

Après le premier jour d'audience, beaucoup de questions restent encore sans réponse sur les circonstances et les raisons de la mort de Mylène, un travesti tué à coups de marteau, en juillet 2013 à Couzeix, près de Limoges. D'abord calme et impassible, l'accusé, Remzy s'est agité et a même répondu avec véhémence à certaines questions concernant son homosexualité : sa femme et ses parents ne sont pas au courant et lui-même a du mal à assumer. Il assure d'ailleurs qu'il n'a accepté les relations avec Mylène que parce qu'il se faisait payer. Mylène dont la mort ne suscite pas d'émotion particulière chez lui, même lorsqu'il donne longuement sa version des faits : celle d'une bagarre qui a mal tourné avec la victime.

"Excusez-moi pour mes actes, je ne suis pas une personne méchante"

Ce n'est que plus tard, quand son avocate l'interroge une fois encore sur son homosexualité, sa religion et sa famille que Remzy craque. Il fond en larmes et se dit vraiment désolé, "excusez-moi pour mes actes. Je ne suis pas une personne méchante". Des regrets qui laissent de marbre la famille de Mylène. Sa soeur et sa cousine sont en revanche très éprouvées par la description des plaies, fractures et éclaboussures de sang relevées sur la scène de crime. Elles auraient préféré ne pas tout savoir. Par contre elles espèrent toujours connaitre la vérité à l'issue de ce procès. Sans trop y croire.

Ce mercredi, la cour va entendre un dernier témoin avant d'interroger les experts qui ont réalisé les analyses médico-légales et experts psychiatres et psychologues.