Faits divers – Justice

Procès "Mylène" à Limoges : l'accusé sur le grill

Par Henrique Vieira Campos et Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin mercredi 16 septembre 2015 à 21:21

La deuxième journée d'audience à la Cour d'Assises de la Haute-Vienne a été marquée par l'audition de deux experts psychiatriques qui ont passé au crible la personnalité de l'accusé. Il comparait pour le meurtre de Mylène, un transsexuel tué de plusieurs coups de couteau près de Limoges en 2013.

Ils ont parlé de l'accusé comme d'une personne narcissique, sans empathie, incapable de faire son auto critique et d'avoir le moindre sentiment de culpabilité. D'ailleurs, à ses yeux, c'est Mylène qui l'a d'abord agressé avec une bouteille cassée. Mais quand l'arme du crime, un marteau cassé en deux sous la violence des coups, a été présentée à la Cour, la théorie de la légitime défense a pris du plomb dans l'aile.

Même chose quand les avocats des parties civiles ont apporté les témoignages d'anciennes relations de l'accusé. L'un de ces témoins a parlé d'une soirée lors de laquelle l'accusé et un de ses amis sont passés chez lui, avant de repartir avec sa télé, des CD et d'autres objets. Il a laissé faire car ils semblaient déterminés et méchants. "Absolument pas, je ne le connais pas", rétorque l'accusé. 

"Je ne suis pas un monstre !"

Un autre de ses ex, ou client, ce n'est pas très clair, affirme qu'à chacune de leurs rencontres, une dizaine, il le frappait s'il ne lui donnait pas de l'argent ou une cigarette. "Ce n'est pas vrai, je ne suis pas un monstre ", s'emporte, en français cette fois, un accusé de plus en plus acculé. Et considéré comme parfaitement responsable de ses actes par les psychiatres. De leur côté, les avocats de la Défense ont apporté des témoignages plus positifs sur leur client, mais pas sûr du tout que cela fasse pencher la balance en sa faveur.

Troisième et sans doute dernier jour du procès du meurtrier de Mylène au tribunal de Limoges, ce jeudi. Cela va commencer avec les plaidoiries des parties civiles à partir de 9h00.

>>> A lire aussi | Procès Mylène : les différents visages de l'accusé