Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès pour viol au "36" : les deux policiers condamnés à sept ans de prison ferme

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Les deux policiers accusés d'avoir violé une touriste canadienne dans les locaux du 36 Quai des orfèvres à Paris en 2014 ont été condamnés à sept ans de prison ferme ce jeudi.

Le 36 Quai des orfèvres à Paris
Le 36 Quai des orfèvres à Paris © AFP - Thomas Samson

Après deux semaines et demi d'audience et huit heures de délibéré, la cour d'assises de Paris a condamné les deux ex-policiers accusés d'avoir violé une touriste canadienne dans les locaux du 36 Quai des orfèvres à Paris, en 2014, à sept ans de prison ferme ce jeudi.

Cette peine est conforme aux réquisitions de l'avocat général Philippe Courroye : "Mon intime conviction" avait-t-il affirmé, "c'est qu'au cours de cette nuit du 22 au 23 avril, dans les locaux de la BRI, Emily Spanton a bien été une victime non consentante d'actes sexuels"

La cour convaincue par la victime et "les éléments scientifiques"

La cour a été "convaincue" par "les déclarations constantes de la victime" et par "les éléments scientifiques et techniques", dont les expertises ADN et les analyses de la téléphonie, a déclaré le président de la cour d'assises, Stéphane Duchemin. La cour a également pris en compte "la particulière gravité des faits" à l'encontre d'une jeune femme sous l'influence de l'alcool et le "lieu de commission des faits", le siège de la police judiciaire précise l'AFP. 

La justice a ordonné l'inscription des deux ex-policiers de la prestigieuse BRI, (brigade de recherche et d'intervention), au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAIS). Les deux hommes, qui ont été menottés, devront en outre verser 20.000 euros à la victime.