Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès pour viol en récidive à Montpellier : "Je ressens de la haine, je voudrais qu'il meure"

-
Par , France Bleu Hérault

Un ex-chauffeur-livreur nîmois est jugé pour viol en récidive, agressions sexuelles et séquestration par la cour d'assises de l'Hérault. Il s'en est pris à trois jeunes femmes, courant 2015, à Montpellier et Pérols. Avec une attirance prononcée pour les pieds et les collants.

Mardi, les deux victimes d'agression sexuelle sont passées à la barre de la cour d'assises
Mardi, les deux victimes d'agression sexuelle sont passées à la barre de la cour d'assises © Radio France - Salah Hamdaoui

Montpellier et Pérols, France

Un ancien chauffeur-livreur de 48 ans est accusé de s'en être pris à trois jeunes femmes, courant 2015, à Montpellier et à Pérols. Il est jugé par la cour d'assises de l'Hérault pour viol en récidive, agressions sexuelles et séquestration. Ce mardi, parole aux victimes. Deux d'entre elles sont passées à la barre ; à l'époque des faits, elles n'avaient pas encore 20 ans. Christophe Penaud a beau répéter qu'il n'est pas un malade sexuel, le déroulé des agressions qu'il a commises, et qu'il reconnaît, est pourtant très parlant.

Sa voix est ancrée dans ma tête" - Laurence, victime d'agression sexuelle

Sa première proie, Laurence, il l'a surprend un lundi de Pâques très tôt le matin, quartier du Petit Bard à Montpellier. La jeune femme se rendait à l'arrêt de tramway pour aller au travail dans un hôtel près de la gare. Après l'avoir brusquement poussée dans un local à poubelles, Christophe Penaud sort un collant de sa poche arrière. "Je me suis dit qu'il allait me violer et m'étrangler avec" se rappelle la jeune femme.

Un fétichiste des pieds et des collants

Son agresseur prétend qu'il l'a acheté pour une copine et il aimerait que Laurence l'essaye pour être sûr qu'il est à la bonne taille. Elle refuse, il insiste. "J'ai senti le truc venir, que j'étais dans une mauvaise situation". Alors, elle se dit qu'elle va obtempérer et qu'ensuite il partira. "Si tu veux que tout se passe bien, fais ce que je dis" confirme Christophe Penaud qui lui demande d'enfiler ce collant juste sur un pied. Il s'accroupit et commence à se masturber. À la barre, Laurence se met à sangloter avant de poursuivre : "Je regardais en l'air, j'ai vu ma vie défiler. Il a fait ce qu'il avait à faire et il m'a dit merci". Christophe Penaud récupère le collant souillé avant de s'éclipser

J'avais peur, je savais plus ce qu'il disait, je pleurais"- Emma, victime d'agression sexuelle

Huit mois plus tard, en pleine nuit derrière l'université Paul Valéry, c'est Emma qui croise sa route. Bonnet noir, vêtements sombres, il porte une oreillette à gauche et se fait passer pour un policier en mission. "Aujourd'hui je ressens de la haine, je voudrais qu'il meure" avoue l'étudiante. Cette nuit là donc, il se montre "très autoritaire", l'embrouille, lui met la pression, ne lui laisse pas le temps de réfléchir. "Il m'a retourné le cerveau, j'étais tétanisée et puis j'ai eu comme un trou noir". Elle se retrouve sur le dos alors que lui, il lui tient les chevilles et se masturbe entre ses pieds nus. "J'étais comme une sorte d'objet, il m'a déshumanisée". Christophe Penaud finit par éjaculer dans une des chaussettes d'Emma. Et là encore, il repart avec. Comme un fétichiste repartirait avec un trophée.

Choix de la station

France Bleu