Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Barbarin - Preynat

Procès Preynat : à Cours-la-Ville, le silence n'est pas totalement brisé

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Le procès de l'ancien prêtre Bernard Preynat doit s'ouvrir ce lundi 13 janvier à Lyon. À Cours-la-Ville (Rhône), tout près de la Loire, où il a été prêtre pendant douze ans, les habitants veulent tourner la page de cette affaire qui divise.

Le marché de Cours-la-Ville sur la place de l'église
Le marché de Cours-la-Ville sur la place de l'église © Radio France - Margaux Caroff

Cours-la-Ville, France

L'ancien prêtre Bernard Preynat est jugé à partir de ce lundi à Lyon pour avoir agressé sexuellement des enfants scouts dans les années 1980 et 1990 dans la région lyonnaise. En 1999 il a été muté à Cours-la-Ville (Rhône), où il a été le curé de la paroisse pendant douze ans. Mais ce passage dans le Roannais n'a pas laissé de très bons souvenirs aux habitants qui se souviennent d'un homme "fier", "pédant", "imbu de sa personne" voire autoritaire. "Une fois il a arrêté une messe en disant 'vous êtes des païens' parce que les gens ne chantaient pas" se souvient Marie-Claude. 

Les quelques habitants qui veulent bien témoigner de leurs souvenirs avec le père Preynat soulignent aussi que le silence autour de cette affaire ne s'est jamais vraiment dissipé. "On n'en parle pas, même après que l'affaire ait été révélée", avoue Danielle. Une autre habitante explique aussi cette omerta : "C'est très dur d'entendre des choses pareilles. Il y a eu un film, mais je ne suis pas allée le voir parce que j'avais honte" explique-t-elle.

Ce film, c'est "Grâce à Dieu" réalisé par François Ozon, qui retrace le combat des victimes. L'adjointe au maire en charge de la culture avait organisé une projection lors de sa sortie l'année dernière, suivie d'un débat très animé. Cette affaire lui a "pourri la vie" explique-t-elle. Pour certains, l'organisation de ce débat ne faisait que remuer le couteau dans la plaie, pour d'autres il était nécessaire pour briser le silence. 

"Beaucoup sont concernés à Cours, mais ils ne disent rien"

Près de dix ans après son départ, l'ombre du père Preynat plane encore sur Cours-la-Ville. D'après quelques habitants il avait une emprise sur certains paroissiens, "il était invité à leur table le dimanche midi" raconte une femme. Une autre habitante est même persuadée que d'autres victimes existent : "Il y en a beaucoup qui sont concernés à Cours mais qui ne disent rien. Ils n'ont rien demandé à leurs enfants. Leurs enfants ont mis un chape de plomb là dessus et ils n'ont rien dit " affirme-t-elle.

Pourtant, certains continue de le défendre. Pour un homme, qui l'a bien connu, le père Preynat "était un homme formidable, il a juste fait quelques bêtises, c'est tout." Accusé d'agression sexuelles sur mineurs, l'ancien prêtre encourt dix ans d'emprisonnement. Pour ce procès, dix de ses victimes, tous des anciens scouts agressés quand ils avaient entre 7 et 15 ans, se sont portées partie civile. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu