Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une infirmière de Joué-lès-Tours rejugée pour escroquerie et exercice illégal de la médecine

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Touraine

Jugés et condamnés une première fois, ils récidivent. Une infirmière et son mari de Joué-lès-Tours ont été jugés à nouveau mardi pour violation du secret professionnel, mise en danger de la vie d'autrui, exercice illégal de la profession ou encore escroquerie.

Le palais de justice de Tours
Le palais de justice de Tours © Radio France - @Boris Compain

Depuis 2012, l'organisation du couple est bien huilée. L’infirmière, en activité depuis 35 ans, a recours massivement à des remplaçantes via des contrats de plusieurs mois, pour lui permettre de « prendre des jours de congés ».  

Son mari, sans aucune formation médicale, devient alors le principal interlocuteur de ces infirmières remplaçantes. Il gère les plannings, les ordonnances, l’achat des médicaments, ou la création des piluliers sans se soucier du secret médical.  « Non, c’est moi qui prépare les médicaments » martèle sa femme. « Mon mari s’occupe seulement de l’administratif »

Erreur dans les médicaments

Mais les témoignages s’accumulent. Erreurs de pilules, ordonnances non fournies aux infirmières (qui ne peuvent donc pas vérifier les traitements qu'elles donnent aux patients), ou encore facturation de soins fictifs. Le prévenu insiste : depuis novembre 2020 et la perquisition de leur domicile (qui fait office de cabinet médical), ils ont tout remis en ordre. Une information confirmée à demi-mot par leur nouvelle collaboratrice, anciennement infirmière remplaçante, qui a pris le relais de la prévenue interdite d’exercice depuis mars.

Le couple, qui comparaissait ce mardi devant le tribunal judiciaire, a déjà été jugé coupable pour ces pratiques illégales et dangereuses. Mais les revoilà face à la juge pour répondre des mêmes délits, sur la période de 2018 à 2020.

"On n'est pas Bonnie and Clyde"

Une histoire sans fin, surtout que les deux prévenus nient les accusations en bloc.  Madame affirme de sa voix grave que les choses ont changé depuis le dernier procès.  « On n'est pas Bonnie and Clyde » affirme t-elle. 

La décision sera rendue le 30 septembre. Le parquet a requis 5.000 euros de dommages et intérêts et la radiation de la prévenue de l’ordre infirmier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess