Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès Valentin : stratégie ou vérité, un autre Stéphane Moitoiret à la barre

-
Par , , France Bleu Isère

Un accusé totalement différent s'est présenté devant les assises du Rhône ce mardi. Stéphane Moitoiret, condamné à la perpétuité pour avoir tué Valentin de 44 coups de couteau en 2008, s'est montré loquace, délirant même, acceptant de répondre à toutes les questions. Comme en 1ère instance, sa responsabilité pénale est le principal enjeu, et les avocats de deux parties se déchirent déjà.

Avocat deuxième jour procès Valentin, Moitoiret
Avocat deuxième jour procès Valentin, Moitoiret © Maxppp

Première journée ahurissante Stéphane Moitoiret n'est plus le même qu'il y a deux ans. Lors de cette première journée de procès en appel, l'accusé a montré un visage entièrement différent. Alors qu'en 2011, à l'annonce de sa condamnation à perpétuité pour le meurtre de Valentin, il était resté amorphe, le regard fixe, vide, comme un zombie. Cette fois, il semble lucide, n'est plus sous camisole chimique et s'exprime clairement.

Quand le jury se penche sur la personnalité des accusés, Stéphane Moitoiret répond d'abord clairement. Il évoque son enfance, le décès brutal de son père qu'il admirait, comment il avait quitté sa famille à 18 ans pour partir dans le Nord avec Noëlla Hégo, de dix ans son aînée, "rencontrée dans un café", et qui d'emblée a eu un ascendant sur lui.

D'un coup, il part dans ses délires Puis d'un coup, il divague part dans des délires et raconte sa "rencontre avec le Pape Jean-Paul II au Vatica n" en Italie car ils étaient hébergés dans des paroisses. Ce changement brutal démontre bien, selon son avocat Franck Berton,  l'abolition du discernement de l'accusé et donc son irresponsabilité pénale, l'enjeu principal de ce procès.

Premier jour procès Valentin, avocat Franck Berton

Une stratégie de défense dénoncée Pour Gilbert Collard, l'avocat de la famille de Valentin, la culpabilité de Stéphane Moitoiret ne fait, au contraire, aucun doute. "Il répond assez raisonnablement (...) et puis d'un coup, on est dans le délire infini. J'ai l'impression que c'est une stratégie " dénonce l'avocat et parlementaire FN.

Premier jour procès Valentin, avocat Gilbert Collard

Entre ses deux visions, les jurés devront trancher. Verdict attendu le 22 novembre.

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess