Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès Xynthia : de la prison ferme à nouveau requise contre les anciens élus

mardi 1 décembre 2015 à 9:54 - Mis à jour le mardi 1 décembre 2015 à 14:37 Par Typhaine Morin, France Bleu La Rochelle, France Bleu Loire Océan, France Bleu Poitou et France Bleu

Le parquet général a requis ce mardi des peines de prison ferme contre les anciens élus de La Faute-sur-Mer jugés en appel à Poitiers pour leur responsabilité dans les 29 décès causés par le passage de la tempête Xynthia en 2010.

Le procès en appel de la tempête Xynthia se tient à Poitiers
Le procès en appel de la tempête Xynthia se tient à Poitiers © Maxppp

Poitiers, France

Lors du passage de la tempête Xynthia en Vendée, en février 2010, 29 personnes étaient mortes à La Faute-sur-Mer. Ce mardi, au procès en appel jugé à Poitiers, l'avocat général a requis quatre ans de prison dont deux ferme à l'encontre de l'ancien maire de la commune, René Marratier. Thierry Phelippeau a également requis deux ans de prison, dont 15 mois ferme et 75.000 euros d'amende contre l'ancienne adjointe à l'urbanisme, Françoise Babin. Le parquet a par ailleurs requis 18 mois de prison, dont 9 ferme contre le fils de cette dernière, Philippe Babin, agent immobilier et président de l'association chargée de la surveillance de la digue submergée lors de la tempête Xynthia. 

En première instance, le 12 décembre 2014, le tribunal correctionnel des Sables-d'Olonne les avait respectivement condamnés à quatre ans ferme, et deux ans ferme et 75.000 euros d'amende. Ils sont jugés depuis deux semaines par la cour d'appel de Poitiers pour "homicides involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui".  

**À LIRE AUSSI ►► Tempête Xynthia : le procès en appel s'ouvre ce lundi à Poitiers

**"La gravité des fautes rend nécessaire le prononcé d'une peine d'emprisonnement. (...) Cependant, au vu des éléments de personnalité et notamment l'absence d'antécédents judiciaires, ces peines pourront être assorties en partie du sursis", a déclaré Thierry Phelippeau. Tout au long de ces plus de trois heures de réquisitoire, l'avocat général a pointé le rôle de René Marratier, toujours conseiller municipal à La Faute-sur-Mer. Il a requis pour ce dernier l'interdiction d'exercer définitivement toute fonction publique. En ayant pas informé ses administrés des risques d'inondation qui pesaient sur la commune, l'ancien maire aurait ainsi "trahi l'intérêt général".  

Même ligne de défense

Entendu la semaine dernière par le tribunal, René Marratier est resté sur la même ligne de défense que lors du premier procès. L'ancien maire de La Faute a reconnu des "failles" et des "regrets", il continue de dire que "jamais [il] n'aurait pu imaginer une telle catastrophe". Il lui est notamment reproché de ne pas avoir informé sa population des risques d'inondation sur sa commune. 

À LIRE AUSSI ►► Procès Xynthia : René Marratier, "un pauvre petit maire qui ne savait rien"

Les avocats des prévenus devraient plaider mercredi à nouveau la relaxe de leurs clients, "boucs émissaires d'une catastrophe naturelle", selon eux. Puis, les prévenus auront une dernière fois la parole, avant que le jugement ne soit mis en délibéré.