Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attentat déjoué : une partie des suspects avait fait allégeance à Daech selon le procureur de Paris

vendredi 25 novembre 2016 à 12:52 - Mis à jour le vendredi 25 novembre 2016 à 13:23 Par Lucile Guillotin, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Les cinq hommes, interpellés le week-end dernier à Strasbourg et Marseille, seront déférés devant la justice ce vendredi. Selon le procureur de Paris, ils préparaient un attentat pour le 1er décembre sans qu'on sache où précisément. Deux d'entre eux avaient fait explicitement allégeance à Daech.

Le procureur de la République de Paris François Molins.
Le procureur de la République de Paris François Molins. © AFP - BERTRAND GUAY

Strasbourg, France

Les cinq hommes, interpellés dans la nuit de samedi à dimanche 20 novembre, à Strasbourg et Marseille, seront déférés devant la justice ce vendredi. Une information judiciaire a été ouverte pour association de malfaiteurs terroristes, acquisition et détention illégale d'armes, en relation avec une entreprise terroriste. Le parquet a requis leur placement en détention provisoire.

Selon le procureur de la République de Paris, François Molins, qui a donné une conférence de presse, ces individus étaient prêts à commettre un attentat le 1er décembre sur le sol français, sans que la cible ait été choisie. En revanche, l'analyse du téléphone et de l'ordinateur d'un des suspects a montré des recherches sur plusieurs lieux, via Google Maps. Des écrits attestant d'une allégeance à Daech et glorifiant la mort en martyr ont été retrouvés chez deux des hommes interpellés à Strasbourg. Plusieurs armes et cartouches ont également été saisies.

Le "commando de Strasbourg"

Les quatre Strasbourgeois arrêtés étaient des amis de longue date. Le procureur emploie le terme de "commando de Strasbourg". Quant au suspect interpellé à Marseille, il n'était pas directement en contact avec les Alsaciens. Mais il semble avoir été, comme eux, téléguidé depuis la zone irako-syrienne par un donneur d'ordre, afin de se procurer des munitions et de l'argent. A son domicile, 4.000 euros ont été saisis. L'enquête a montré par ailleurs que trois suspects se sont rendus en Syrie ou ont tenté de le faire.

Un seul suspect signalé pour radicalisation

On en sait plus sur le profil des quatre Strasbourgeois. Ils sont âgés de 36 à 37 ans. Yassine B., sans casier judiciaire, est animateur périscolaire dans une école de la Meinau. Hicham M., manutentionnaire, a plusieurs condamnations à son casier, tout comme Sami B., employé dans une épicerie et père de trois enfants. On sait peu de chose sur le quatrième individu, Zakaria M., à part que son casier judiciaire est vierge.

Hicham E., Marocain de 46 ans, arrêté à Marseille, avait lui, été signalé pour radicalisation par les autorités portugaises, pays où il résidait, après plusieurs voyages suspects en Europe. En revanche, son casier judiciaire en France était vierge.

Les principaux extraits de la conférence de presse en vidéo :