Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Producteur tabassé à Paris : Emmanuel Macron "très choqué" par la vidéo, selon l'Elysée

-
Par , France Bleu

Emmanuel Macron a été "très choqué" par la vidéo montrant des policiers frappant un producteur de musique noir, a indiqué vendredi l'Elysée, une première réaction officielle du chef de l'Etat sur cette affaire qui déclenche une polémique depuis jeudi, avec la diffusion d'images en ligne.

Le président de la République a réagi officiellement à la polémique via les services de l'Elysée.
Le président de la République a réagi officiellement à la polémique via les services de l'Elysée. © AFP - Xosé Bouzas

Le président de la République a réagi à la polémique suscitée par les images diffusées sur les réseaux sociaux par le site Loopsider montrant un producteur de musique parisien passé à tabac par des policiers. Emmanuel Macron a été "très choqué" par la vidéo, indique ce vendredi l'Elysée. C'est la première réaction officielle du chef de l'Etat dans cette affaire.

Le président a reçu jeudi son ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et lui a demandé de prononcer des sanctions très claires contre les policiers, rapporte une source gouvernementale à l'AFP. Après cette rencontre, le ministre a annoncé sur France 2 qu'il demandait la révocation des quatre policiers, déjà suspendus à titre conservatoire.

Les policiers convoqués ce vendredi

Les quatre policiers mis en cause sont convoqués ce vendredi à l'IGPN, selon franceinfo. Ils doivent être entendus sous le régime de la garde à vue, ce qui leur permettra notamment d'être assistés par un avocat. Trois agents font partie de ceux intervenus dans le hall du studio de musique, comme le montrent les images de la vidéosurveillance. Un quatrième est soupçonné d'avoir envoyé une grenade lacrymogène à l'intérieur des locaux.

L'IGPN mène une enquête administrative, à la demande du préfet de police, et une autre pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique" et "faux en écriture publique". Les policiers sont en effet soupçonnés d'avoir rédigé de fausses déclarations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess