Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Projet d'attaque contre Emmanuel Macron : les suspects voulaient poignarder le président lors d'un bain de foule

vendredi 9 novembre 2018 à 22:13 Par Justine Dincher, France Bleu Isère, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu et France Bleu Champagne-Ardenne

Les quatre hommes ont avoué qu'ils envisageaient de poignarder le président de la République, lors des commémorations du 11-Novembre dans l'Est de la France, d'après France 2. Un couteau en céramique a été retrouvé dans la voiture d'un Isérois, présenté comme le meneur du groupe.

Emmanuel Macron, lors d'un bain de foule, à Charleville-Mézières, le 7 novembre.
Emmanuel Macron, lors d'un bain de foule, à Charleville-Mézières, le 7 novembre. © Maxppp - Philippe Wojazer

Bouzonville, France

Ils sont passés aux aveux. Les quatre hommes, soupçonnés de projeter une action violentecontre Emmanuel Macron, se sont livrés lors de leur garde-à-vue, d'après France 2. Ces suspects, proches de l'ultradroite, avaient été arrêtées mardi 6 novembre, en marge des commémorations du 11-Novembre à Charleville-Mézières (Ardennes). Face aux enquêteurs de la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), ils ont détaillé le plan que Jean-Pierre B., un Isérois de 62 ans, avait prévu pour poignarder le président de la République.

Sur écoute depuis plusieurs jours

Celui qui est présenté comme le "cerveau" du groupe, un ancien négociant en bois, originaire de Saint Georges de Commiers (Isère), était surveillé depuis un peu moins d'une semaine, par les services de renseignements français. D'après France 2, les enquêteurs ont découvert qu'il tenait un discours très virulent en parlant d'Emmanuel Macron, sur des messageries cryptées. Après plusieurs jours d'écoutes téléphoniques, tout s'est accéléré lundi.

En début de semaine, Jean-Pierre B. a pris la route en direction de la Meuse. Il était accompagné d'un autre homme. Les deux hommes se sont arrêtés à Bouzonville (Moselle). Dans cette commune de 3.500 habitants proche de Charleville-Mézières, ils ont retrouvé deux autres complices et ont passé la nuit à leur domicile. Le lendemain, mardi matin, les force de l'ordre ont décidé de passer à l'action : les quatre suspects ont été interpellés dans le logement

Un couteau en céramique dans la voiture

Dans la voiture de Jean-Pierre B., les enquêteurs ont retrouvé un couteau que Jean-Pierre B. voulait utiliser pour attaquer le président lors d'un bain de foule, le mercredi 7 novembre, selon ses propres aveux. L'Isérois de Saint Georges de Commiers souhaitait se servir d'un couteau en céramique, et pas en métal, afin d'éviter de déclencher l'alarme des portiques de sécurité.

Dans cette affaire, six personnes au total avaient été interpellées. Finalement, deux suspects ont été relâchées. L'autre Isérois, une femme d'une soixantaine d'années arrêtée à Prunières, sur le plateau matheysin, a été remise en liberté.