Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Provocation à la haine raciale et au crime: l'ultranationaliste Boris Le Lay condamné une nouvelle fois

lundi 9 avril 2018 à 21:11 Par Loïck Guellec, France Bleu Armorique

Boris Le Lay en fuite au Japon est condamné à 18 mois de prison pour des propos injurieux et haineux proférés sur son site internet. Des militants associatifs d'Ille-et-Vilaine ont porté plainte contre le militant ultranationaliste. L'affaire était jugée ce lundi à Rennes.

La cité judiciaire de Rennes
La cité judiciaire de Rennes © Maxppp - Alain Le Bloas

Rennes, France

Ces militant.e.s d'associations d'Ille-et-Vilaine soutiennent les  migrants ou luttent contre le racisme, le sexisme et l'homophobie. Une vingtaine d'entre eux et d'entre elles ont  porté plainte contre le militant ultranationaliste Boris Le Lay pour  injures publiques, diffamation, provocation au crime ou délit. A travers  son site internet Breiz Atao, d'inspiration néonazie, Boris Le Lay a proféré clairement des menaces à leur encontre en appelant à leurs destructions et en publiant leurs  photos et des éléments de leurs vies privées. Certains de ces militants sont venus témoigner ce lundi à la barre du tribunal correctionnel de  Rennes et expliquer la colère et la peur qu'ont engendrées les propos de ce militant d'origine bretonne et qui est en  fuite au Japon. En 2016, ils avaient d'ailleurs créé un collectif  baptisé les Fiché.e.s de Rennes.

Le  tribunal correctionnel de Rennes a donc condamné Boris Le Lay en son  absence à 18 mois de prison, 8000 euros d'amende et un mandat d'arrêt a  été ordonné. En outre, il devra verser 101 euros de dommages et intérêts  à chacun.e des militant.e.s. Boris Le Lay a déjà été condamné à 11 reprises;  il est sous le coup de plusieurs peines de prison ferme et avec sursis. Son site, qui existe depuis 2010, est  hébergé en Californie et en Allemagne, mais il n'est pas fermé; en  revanche, il a été déréférencé de Google.