Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prud'hommes de Thouars : les salariés de BRM veulent connaître la vérité

lundi 6 novembre 2017 à 18:49 Par Clémence Dubois-Texereau, France Bleu Poitou

L'entreprise de mobilier à Bressuire dans les Deux-Sèvres a été victime d'une arnaque "au faux président". 1.6 million d'euros ont été dérobés dans la trésorerie de l'entreprise en 2015 qui a ensuite été liquidée en 2016. 44 salariés ont ainsi perdu leur emploi.

Les salariés et Maître Fiodor Rilov espèrent obtenir un renvoi de l'affaire.
Les salariés et Maître Fiodor Rilov espèrent obtenir un renvoi de l'affaire. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Thouars, France

Ils espèrent obtenir des réponses en portant l'affaire devant les Prud'hommes. 29 anciens salariés de BRM ont saisi la justice après la liquidation de leur entreprise à Bressuire. A la barre, Maître Fiodor Rilov, surnommé "l'avocat rouge", connu pour avoir défendu notamment les salariés de Whirlpool à Amiens. L'avocat au barreau de Paris ne remet pas en doute l'escroquerie de 2015 : "La trésorerie a été siphonnée par un voyou" note-t-il. Mais BRM appartenait à la holding Eurofind. "Pourquoi n'est il pas venu en aide à l'entreprise alors qu'il a un chiffre d'affaire de plus de 100 millions d'euros" s'interroge-t-il.

Il demande donc un renvoi, le temps de recueillir certains documents pour savoir : Qui est aux commandes? Les sept virements passés par les escrocs avaient-ils un ordre? Que disent les mails envoyés pour demander des virements? Des questions encore sans réponse aujourd'hui. Et c'est bien la demande de certains documents qui posent problème à Maître Lucas Aubry, l'avocat d'Eurofind. En cause : une requête faite avec huit mois de retard sur le calendrier fixé par les Prud'hommes. Me Aubry a donc demandé une radiation qui permettrait d'arrêter la procédure.

Une catastrophe sociale

L'escroquerie en 2015 a déjà été un coup dur. Mais avec la liquidation de BRM l'année dernière, c'est un peu le ciel qui est tombé sur la tête des salariés de l'entreprise. "C'est 50 salariés, c'est 50 familles. Certains y travaillaient depuis 30, 35 ans. Ça représente une vie" note Henri, ancien salarié.

Et après cette "catastrophe sociale" comme l'appelle Me Rilov, il n'est pas toujours évident de retrouver un travail. La plupart n'en ont toujours pas : "ils veulent pas se déplacer, changer de région" note Henri. S'ils en retrouvent, ils sont alors en grande précarité la plupart du temps. "J'avais un CDI chez BRM, j'y travaillais depuis 35 ans. Là j'ai un CDD" explique Bertrand. Henri lui estime qu'il n'est "pas à plaindre. J'ai retrouvé du travail, j'ai des responsabilités."

Repartir quasiment à zéro ou avoir du temps pour obtenir plus d'informations, le conseil des prud'hommes tranchera le 13 novembre.