Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Publication sur Mme Érignac : Charles Pieri est bien le titulaire du compte Facebook, perquisitions à son domicile

mercredi 14 février 2018 à 9:06 Par Olivier Castel et José Tafani, France Bleu RCFM et France Bleu

Le responsable de Corsica Libara a passé neuf heures dans les locaux de la gendarmerie de Ghisunaccia, et en est ressorti libre. Il serait bien le titulaire du compte Facebook "Di L'altu Pianu", en revanche, reste à prouver qu'il est bien le rédacteur du texte outrageant.

Charles Pieri, ici à Aiacciu lors d'une conférence de presse de son parti Corsica Libara, 2 jours avant le déplacement des dirigeants nationalistes avec le premier ministre.
Charles Pieri, ici à Aiacciu lors d'une conférence de presse de son parti Corsica Libara, 2 jours avant le déplacement des dirigeants nationalistes avec le premier ministre. © Radio France - Olivier Castel

Ghisonaccia, France

Sans charge. Charles Pieri a quitté la gendarmerie de Ghisunaccia vers dix-neuf heures hier. A la sortie, pour le soutenir, des membres de sa famille, des proches, ainsi que l'associu Sulidarità, qui dénonçait avant ce rassemblement des "manipulazione" (sic) dans son appel lancé via les réseaux sociaux. 

Arrivé dans la matinée de mardi à la gendarmerie, suite à sa convocation dans l'affaire de la publication Facebook insultante et outrageante envers la veuve de Claude Erignac, Charles Pieri a passé neuf heures en garde à vue, et a été auditionné deux fois. Le parquet d'Aiacciu avait ouvert une enquête de flagrance jeudi dernier.

Ce même parquet confirme, via un communiqué, que le responsable de Corsica Libara est bien le détenteur du compte Facebook intitulé "Di L'altu Pianu", sur lequel le texte a été publié. Suite au discours de celle-ci lors de la commémoration des vingt ans de l'assassinat de son époux, la publication comparait Dominique Erignac à aux femmes françaises ayant collaboré avec les allemands pendant la seconde guerre mondiale. Dans le même temps que la garde à vue hier, le domicile de Charles Pieri, à Vintisari, était perquisitionné.

L'enquête se poursuit, notamment pour déterminer avec certitude si Charles Pieri est effectivement celui qui a rédigé le texte, le 7 février dernier, vers 2h du matin. Si cela était avéré, le militant indépendantiste risque jusqu'à un an de prison, et 45 000€ d'amende, pour "injures résultant d'un message posté sur une réseau social public".

Le communiqué émanant du Parquet d'Aiacciu. - Radio France
Le communiqué émanant du Parquet d'Aiacciu. © Radio France - Parquet