Infos

Puisseguin : l'enquête relancée un an après le drame

Par Aurélie Bambuck et Loick Guellec, France Bleu Gironde et France Bleu jeudi 13 octobre 2016 à 6:59

La vitesse du camion n'était pas adaptée à ce virage
La vitesse du camion n'était pas adaptée à ce virage © Radio France - Damien Gozioso

Un nouveau rapport vient d'être dévoilé aux familles des victimes de Puisseguin. Le 23 octobre 2015, une collision entre un poids-lourd et un car transportant des personnes âgées faisait 43 victimes. La vitesse du camion et l'état de la route font partis des causes mais n'expliquent pas tout.

C'est le deuxième rapport d'experts remis près d'un an après le drame. En juillet dernier les premières conclusions de l'enquête révélaient la présence d'un second réservoir sur le camion impliqué dans la collision dramatique. Un second réservoir qui aurait accéléré la combustion avec cette fin tragique pour le chauffeur, son fils et 41 personnes.

Un second rapport qui conteste le premier

Ce second rapport transmis le 18 septembre remet en cause le premier, notamment sur le rôle d'accélérateur du second réservoir. Il n'est pas démontré. De plus, des incertitudes subsistent sur la quantité de gazole qu'il contenait. Une autre hypothèse est donc soulevée par le second expert : celle du gaz de climatisation dont la projection pourrait faire partie des causes.

Quelles sont les certitudes ?

Un an après, les experts qui travaillent sur les causes de l'accident sont sûrs de trois choses :

- La vitesse du camion était inadaptée au tracé de la route

Sur la départementale 17, la vitesse est limitée à 90 km/h , mais l'entrée du virage peut surprendre tout automobiliste qui découvre la route. Le camion roulait à 75 km/h, trop rapide pour aborder sereinement le virage selon les experts, ce qui explique qu'il ait brutalement braqué à droite. Ce virage aurait mérité d'être mieux balisé selon les experts.

- Dysfonctionnement du système de freinage du poids lourds

Il y avait des défauts sur le système de freinage de la remorque sur le camion. Elle est censée ralentir avant, pour éviter de pousser la cabine en cas d'accident, le contraire de ce qui s'est passé à Puisseguin.

- Une route abîmée

Les analyses d'un laboratoire spécialisé révèlent que l'usure du bitume sur les lieux de l'accident, ce qui aurait précipité la perte de contrôle du camion.

Les conclusions définitives ne seront pas connues avant 2018

De nouvelles expertises vont avoir lieu après ce nouveau rapport. Une nouvelle expertise incendie doit avoir lieu, car on ignore toujours ce qui a déclenché l'incendie et pourquoi l'embrasement a été si rapide. Le bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre ne rendra pas ses conclusions avant 2018.

La question qui se pose toujours, c'est pourquoi ce car s'est-il embrasé aussi vite ? On émet des hypothèses mais on n'a pas la réponse -Michel Vigier, président du collectif des victimes de Puisseguin.

Michel Vigier

Partager sur :